127 Hours (127 heures – 2010)

jeudi 27 janvier 2011 à 23:05

Je ne pense pas que je me serais véritablement arrêté sur 127 Hours si le film n’était pas nominé aux Oscars. Disons que l’idée d’essayer de voir au moins les 10 films nominés en meilleur film fait que je me retrouve maintenant à regarder des films en cette période de l’année où mon enthousiasme n’est pas franchement palpable.

Quoi qu’il en soit, 127 Hours raconte l’histoire vrai de Aron Ralston, qui se retrouve bloqué au fond d’un canyon, avec le bras emprisonné par un rocher. En gros, il ne peut plus bouger, ses vivres sont limités et son temps est donc compter. Le titre dit approximativement ce qu’il y a à savoir, il va y rester 127 heures. Autant dire qu’il n’y a pas un gros mystère sur sa possible survie, mais la plupart des longs-métrages de ce genre ont souvent une fin un minimum optimiste (disons que les pessimistes ne se bousculent pas au portillon).

Sans trop de surprise, le film ne dure pas 2 heures, mais 1h30, car 127 heures, c’est sacrément long quand on est à la place d’Aron, mais ce n’est pas non plus comme si sa situation fournissait de l’action. C’est le défi du film en fait, et je n’ai pas trouvé qu’il était rempli du début à la fin.

En fait, j’ai trouvé cela mieux que ce que je m’attendais, mais avec un manque de pression qui m’a aussi légèrement gênée. Le temps n’a clairement pas le poids qu’il devrait avoir et les flashbacks et autres hallucinations de ce genre ne m’ont pas franchement convaincue – et par la même occasion, je n’ai pas trouvé Danny Boyle inspiré d’un bout à l’autre. Il n’y a donc pas une franche épaisseur à l’histoire qui nous sert une leçon de vie au passage.

Il nous reste la dernière partie du film (vous savez, le drame…) qui se montre par contre à la hauteur, et d’ailleurs, c’est surtout dans cette dernière ligne droite que James Franco se montre vraiment bon. Enfin, le truc, c’est que c’est peut-être ce qu’il y a véritablement à retenir du film, le reste se laissant voir mais manquant bien trop de force ou de profondeur pour se distinguer complètement.

Réalisateur : Danny Boyle ; Scénaristes : Danny Boyle, Simon Beaufoy
Casting : James Franco, Amber Tamblyn, Kate Mara, Clémence Poésy, Lizzy Caplan, Treat Williams, Kate Burton.