2012 (2009)

samedi 30 janvier 2010 à 23:29


Résumé : Les Mayas nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d’individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés…

Le monde touche à sa fin en 2012, si vous ne le saviez pas, vous voilà prévenu. En tout cas, Emmerich a sauté sur l’occasion pour tenter de satisfaire ses pulsions destructives numériques les plus folles, et il a réussi.

Quoi qu’il en soit, 2012 rejoint la joyeuse famille des Dumb as Fuck Movies Numeric Shit Special Edition ! Transformers n’est pas seul à naviguer dans ses eaux sombres il faut croire.

2012 est quand même un film sympathique, mais bien trop long. Dans le genre j’use les clichés du suspens jusqu’au bout, difficile de faire pire, surtout dans la seconde moitié. La première, par contre, est super fun, bien que ça n’est clairement pas totalement volontaire. Certes, les trips de Woody Harrelson sont voulus, mais la crise de rire quand le brave Gordon pilote l’avion avec la Californie numérique qui s’effondre sur elle-même en arrière plan, non, ça ce n’était certainement pas désiré. Il faut dire que les gros SFX sont parfois un peu limite et la tronche apeurée de John Cusack devant son écran vert, et bien, c’est plutôt hilarant. Mais ça ne le serait certainement pas autant si le scénario n’était purement stupide, il faut le reconnaitre.

Au final, cela se laisse voir une fois, mais le fait qu’il n’y ait pas vraiment de propos à ce film et que ce n’est qu’une suite de scènes sans directions, tout cela, ça ne justifie pas un second visionnage. Bon, je l’admets, je suis de mauvaise foi, il y a un message : si les Douchebags of the World découvrent le que Monde touche à sa fin, ils ne se gêneront pas pour exploiter la main-d’œuvre chinoise en planifiant dès le départ de laisser les ouvriers crever sur place une fois le boulot terminé. Plus sérieusement, c’est bien trop long pour le vide que c’est, mais c’est fun de voir le monde être détruit au moins une fois.

Réalisateur : Roland Emmerich ; Scénaristes : Roland Emmerich, Harald Kloser.
Casting : John Cusack, Amanda Peet, Danny Glover, Chiwetel Ejiofor, Woody Harrelson, Thandie Newton, Oliver Platt, Thomas McCarthy, Chin Han.