Les dernières critiques

Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)

Par - Lundi 25 juin 2012 à 12:23
Vous êtes ici : Critictoo » Critiques » Back to... »

Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)

Il aura fallu 8 ans pour que Batman puisse laisser derrière lui le cauchemar Joel Schumacher. D’ailleurs, pour l’occasion, on repart à zéro – un nouveau réalisateur, un ton différent, de nouveaux acteurs à tous les niveaux et tout débute avec les origines du Batman. Batman Begins fait table rase du passé cinématographique du Dark Knight pour le meilleur.

Christian Bale est notre nouveau Bruce Wayne, une bonne façon pour lui de devenir à l’époque plus que le légendaire Patrick Bateman. Il s’impose en tout cas sans trop de problèmes, principalement grâce au montage non linéaire de la première partie du film qui mêle les différents éléments clés de l’histoire de Bruce qui le mène à devenir le Batman. Dans mes souvenirs, toute cette partie était plus linéaire, mais heureusement, ce n’est pas le cas, car ça permet de justifier les quelques raccourcis empruntés lors de la formation chez Ra’s al Ghul.

Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)

En fait, tout le film est consacré à la création du Batman. C’est un long voyage et, étape après étape, Bruce s’efface pour devenir le Dark Knight. Contrairement aux précédents films, Christopher Nolan a dès le départ décidé d’avoir des thématiques fortes centrées sur son héros – Burton s’intéressait bien plus aux méchants, tandis que Schumacher n’offrait que du vide. De plus, il voulait ancrer le monde Batman dans la réalité, là où les autres s’enfonçaient juste de plus en plus dans la fantaisie. Un choix créatif qui est indéniablement payant.

Il y a ainsi une véritable vision derrière ce film qui permet de légitimer la gravité du héros. Ses motivations sont ce qui prime, bien qu’elles soient au premier abord confuses, même pour lui, à un certain niveau. Ça apporte une complexité au personnage qui permet au film, de manière générale, d’exploiter des thématiques plus généralistes sur la justice et ceux qui l’instaurent et la protègent – ou la détruisent. Ra’s al Ghul est un ennemi idéologique qui sert avant tout à pousser Bruce à devenir l’homme qu’il se doit d’être pour faire siennes les valeurs de son père. Il n’est qu’un accessoire, mais vu qu’il est interprété par Liam Neeson, il est également badass et s’impose comme un méchant de taille. De plus, il n’est pas le seul, car le scénario est assez bien construit pour permettre à son héros de ne pas simplement affronter son ennemi numéro 1, il doit avant ça en gagner le droit – d’une certaine façon – en montrant qu’il est en position de réellement faire la différence.

Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)

De plus, il n’est pas seul dans son combat. Batman Begins installe Gotham et ses protagonistes clés. Il y a bien sûr Alfred, mais surtout le sergent Gordon, Lucius Fox de Wayne Enterprise et Rachel Dawes, ADA et amie d’enfance de Bruce. Katie Holmes tient donc le premier rôle féminin et parler d’erreur de casting à son propos est un peu faible. Elle est mauvaise et, malheureusement, son personnage est relativement anecdotique. C’est le gros reproche que j’ai à formuler contre les films Batman de Nolan, l’incapacité à avoir des personnages féminins forts. J’espère que Selina Kyle corrigera cela. En attendant, Rachel Dawes n’est là que pour balancer des platitudes et quelques éléments clés qui doivent nous aider à apprécier le chemin sur lequel Bruce s’est engagé. Si l’actrice avait tenu la mesure, ça aurait peut-être sonné moins condescendant par moment, parce que Rachel aime bien prendre les gens de haut.

Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)

Pour finir, parlons de la réalisation. Avant que Nolan prenne les commandes de Batman, j’avais déjà vu de nombreuses fois Memento qui reste encore aujourd’hui l’un de mes films préférés, et j’aimais également beaucoup Insomnia. J’avais ainsi un peu peur du passage au blockbuster hollywoodien, car il n’aurait pas été le premier à se planter complètement et à juste faire de la soupe – Alex Proyas l’a bien démontré, malheureusement. Heureusement, ça ne sera pas le cas. Certes, sur Batman Begins, il semble par moment jouer la sécurité en n’allant pas au bout de ce qu’il peut faire, mais le potentiel est bien là et il y a des passages qui fonctionnent vraiment bien malgré le fait qu’il manque un peu d’espace pour que la scène soit plus lisible. Le film a indéniablement une personnalité propre, du style, de l’énergie et son histoire est impeccablement maitrisée.

Christopher Nolan’s Batman Begins (2005)

Next : The Dark Knight.

Réalisateur : Christopher Nolan ; Scénaristes : Christopher Nolan, David S. Goyer.
Casting : Christian Bale, Michael Caine, Liam Neeson, Katie Holmes, Gary Oldman, Cillian Murphy, Morgan Freeman, Ken Watanabe, Tom Wilkinson, Rutger Hauer.

À propos de l'auteur, Fabien.

avatar
Tous les articles Consultez tous ses articles | e-mail Lui écrire.

Vos commentaires sur cet article

Suivre les commentaires par RSS
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, laissez le votre. Les partenaires

Laissez un commentaire

Merci de laisser un message. N'oubliez pas de rester courtois en toute circonstance et d'écrire en français pour que tout le monde puisse comprendre. Penser à signaler les éventuels spoilers au sujet des épisodes à venir.

Les partenaires Pour rappel, les commentaires sont modérés. Pour plus de détails, rendez-vous sur la page des Conditions Générales d'Utilisation. Enfin, si vous désirez que votre avatar apparaisse, inscrivez-vous sur Gravatar.com. Les liens sont en follow.