Les dernières critiques

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie – 2001)

Par - Mercredi 29 août 2012 à 10:29
Vous êtes ici : Critictoo » Critiques » Animation »

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie   2001)

Après Toy Story, Pixar continue d’exploiter l’imaginaire des enfants avec Monsters, Inc. Rien d’étonnant à ce que l’idée pour le film soit justement né au moment du développement de Toy Story, car Monsters, Inc apparait comme une sorte d’extension à bien des niveaux du premier succès Pixar et les thématiques sont pour beaucoup les mêmes.

Dans ce film réalisé par Pete Docter, nous suivons donc James P. « Sulley » Sullivan (Jacques « Sulli »  Sullivan)  et Michael « Mike » Wazowski (Robert « Bob » Razowski), deux monstres qui travaillent pour l’usine Monsters Inc ; une partie des employés se rend dans la chambre des enfants via des portes (qui servent donc de portail entre les deux univers) pour leur faire peur et collecter leurs cris qui fournissent l’énergie qui fait tourner Monstropolis.

Voilà donc maintenant trop d’années que j’ai vu Monsters Inc, car il se trouve que j’avais moyennement accroché au film à l’époque. Ce revisionnage fut donc l’occasion de redécouvrir le film, surtout qu’avec les années, mon regard a forcément changé.

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie   2001)

Monsters, Inc repose en tout cas sur un concept qui est tout simplement excellent – le genre d’idées qu’on aurait rien contre avoir soi-même – même si je lui reprocherais de manquer de piquant dans son déroulement. Le film est sans aucun doute créatif, bourré d’idées ingénieuses qui aident à soutenir un récit qui se révèle étrangement sage au vu de l’univers dans lequel il se déroule.

Sulley et Mike sont donc deux amis, l’un est une grosse bête à la fourrure bleu-verte tachetée de violet et l’autre est une boule verte sur pattes à un œil. Autant dire que dès le départ, l’univers du film se veut coloré et que malgré l’apparence plus ou moins monstrueuse de certaines créatures qui peuplent le long-métrage, les caractéristiques les plus repoussantes sont facilement contrées par les couleurs et les personnalités. Le scénario joue d’ailleurs habilement sur l’idée que les enfants n’ont pas tous peur de la même chose – et de la difficulté de les effrayer dans l’époque dans laquelle ils vivent aujourd’hui.

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie   2001)

Quoi qu’il en soit, retour à Sulley et Mike, qui bossent ensemble depuis des années et qui se rapprochent du record de cris collectés, au grand malheur de Randall, le lézard à plusieurs pattes.  Seulement, un soir, Mike va rester pour faire la paperasse de son ami et il va se retrouver avec Boo, une gamine qui a ouvert sa porte et s’est retrouvée à Monstropolis. Elle n’a pas peur de Sulley, seulement de Randall, son montre attitré, et elle va semer le chaos dans la ville, dans l’usine, dans la vie de Sulley et Mike qui doivent la cacher avant qu’on ne leur tombe dessus.

Boo est donc une petite fille toute trognonne qui est vu comme un élément dangereux pour la ville, et qui est alors recherché par le CDA (Children Detection Agency). Ces derniers, de leur première à leur dernière intervention, forment un groupe au potentiel comique incroyable qui est, qui plus est, parfaitement utilisé – le meilleur étant peut-être le fait qu’ils se trouvent un peu partout dans l’usine et complique bien la vie de Sulley.

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie   2001)

Alors que l’histoire progresse, Sulley développe donc un lien affectif avec Boo, en même temps qu’il met plus ou moins en péril toute sa carrière et, à un moment, sa relation avec Mike. Pour autant, si j’avais tendance à avoir un souvenir plus négatif de la façon dont était gérée la dynamique entre les deux monstres, le film se révèle bien moins caricatural que dans mes souvenirs à ce niveau-là. La gamine fournit en tout cas une bonne dose de rebondissements (trop prévisibles) et se montre aussi mignonne qu’elle peut être drôle. Ce n’est de toute façon pas bien compliqué d’être plus comique que ce brave Sulley – bien que l’humour de Mike n’est pas le plus recherché qui soit. Le film fait par moment plus que frôler les bons sentiments et un meilleur dosage des émotions auraient certainement mieux servi un récit qui se révèle au final trop convenu.

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie   2001)

Le casting vocal aide d’ailleurs par moment à dépasser certains défauts narratifs. John Goodman et Billy Cristal endossent à merveille les rôles de Sulley et Mike, même si dans le cas du dernier, ses intonations sont régulièrement trop reconnaissables. Dans le genre, il y a aussi Steve Buscemi qui prête sa voix à Randall. Elle est trop particulière pour ne pas être identifié, même si je l’ai trouvé vraiment excellent dans le film.

Enfin, sur un plan animé, il est difficile de ne pas avoir envie de mettre ses mains dans la fourrure de Sulley (ils ont dû en vendre un paquet de peluches !), qui est clairement l’un des plus gros défis de ce film relevé haut la main. Le passage avec les portes restent assez impressionnant, bien qu’il le soit moins avec les années. À noter aussi qu’encore une fois, c’est Randy Newman qui compose la musique ; il a fait un meilleur travail que sur A Bug’s Life, même si cela ne permet pas franchement à cette soundtrack de se démarquer outre mesure.

Monsters Inc est donc un film particulièrement imaginatif qui prend à contrepied l’image des monstres qui terrorisent les plus jeunes. Malgré cela, il y a une manque de prise de risques qui se fait pas mal ressentir, le déroulement manquant de spontanéité pour réussir à surprendre.

Pixar Retrospective : Monsters, Inc. (Monstres et Cie   2001)

Réalisateur : Pete Docter, David Silverman, Lee Unkrich ; Scénaristes : Andrew Stanton & Daniel Gerson.
Casting : John Goodman, Billy Crystal, Mary Gibbs, Steve Buscemi, James Coburn, Jennifer Tilly, Bob Peterson, John Ratzenberger, Frank Oz.

Next Stop in The Pixar UniverseFinding Nemo

À propos de l'auteur, Carole.

avatar
Tous les articles Consultez tous ses articles | e-mail Lui écrire.

Vos commentaires sur cet article

Suivre les commentaires par RSS

    Les liens vers cet article

    Laissez un commentaire

    Merci de laisser un message. N'oubliez pas de rester courtois en toute circonstance et d'écrire en français pour que tout le monde puisse comprendre. Penser à signaler les éventuels spoilers au sujet des épisodes à venir.

    Les partenaires Pour rappel, les commentaires sont modérés. Pour plus de détails, rendez-vous sur la page des Conditions Générales d'Utilisation. Enfin, si vous désirez que votre avatar apparaisse, inscrivez-vous sur Gravatar.com. Les liens sont en follow.