Les dernières critiques

Pixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004)

Par - Mardi 9 octobre 2012 à 14:47
Vous êtes ici : Critictoo » Critiques » Animation »

Pixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004)

Brad Bird rejoint Pixar en 2000 pour écrire et réaliser The IncrediblesPixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004), un film qu’il voulait faire depuis des années et qui deviendra alors le 6e film du studio et le second à remporter l’Oscar du meilleur film d’animation. The Incredibles, ou Les Indestructibles chez nous, c’est aussi LE Pixar que j’ai à ce jour le plus vu.

Le film se différencie très vite de ses prédécesseurs. Tout d’abord, il est le premier à posséder un casting principal de personnages humains, poussant le studio à créer de nouvelles technologies pour animer comme il faut l’anatomie humaine et avoir un effet réaliste pour les vêtements et les cheveux. Ensuite, il pose un tournant dans la narration de ses histoires, s’imposant d’une durée bien plus longue (2 heures), mais surtout, se dotant de l’approche de l’auteur, absente jusque-là, puisque c’est Bird qui scénarise et réalise le long-métrage seul.

Pixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004)

Celui-ci est une réussite qui mise alors sur l’hommage au comic books, aux films d’action, d’espionnage et familiaux en mettant en scène une famille avec des pouvoirs qui va être bousculée par la crise de la quarantaine du père – aka Bob Parr aka Mr. Incredible (ou M. Indestructible).

Tout commence à l’époque où les Supers, les humains avec superpouvoirs, étaient considérés comme des héros. Mais suite à des procès coûteux, le gouvernement stoppe tout, relocalise ses héros qui doivent maintenant vivre comme des citoyens ordinaires et ne pas utiliser leurs capacités.

C’est le cas de Bob et Helen Parr, anciens Supers, qui ont fondé une famille et qui se sont installés dans la banlieue de Metroville. Ils ont eu trois enfants ensemble et tentent de mener une vie normale. Ce n’est pas des plus faciles pour l’époux, employé dans une boite d’assurance,  qui regrette le temps où il était un Super et où il faisait la différence.

Pixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004)

Bob Parr, le père, est donc l’ancien Mr. Incredible, qui possède une force incroyable ; son épouse, Helen, était Elastigirl ; leur fille, Violet, peut devenir invisible ; leur fils, Dash (Flèche chez nous) ou The Dash, va super vite ; et le dernier de la famille, Jack Jack, le bébé, révèle son pouvoir à la fin du métrage.

The IncrediblesPixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004) fonctionne si bien, car il repose sur les codes de bases des genres qu’il met en scène. Il offre aussi une dynamique familiale authentique avec des membres identifiables, mais pas dénués de personnalités, tout en délivrant de véritables développements, un approfondissement des rapports et des motivations pour ses personnages, le tout en étant fortement rythmé.

Le film apparait presque plus attaché au cinéma d’espionnage avec une ambiance très années 60 avec les missions de Mr. Incredible. L’excellente soundtrack, une composition de Michael Giacchino, souligne d’ailleurs habilement ce point.

Pixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004)

Le film déploie aussi une palette de personnages marquants, drôles ou charismatiques, et de nombreuses scènes inoubliables. Difficile d’oublier la légendaire Edna Mode (merveilleusement doublé par Brad Bird himself !), Lucius (aka Frozone), les coups de téléphone de la baby-sitter, le patron exécrable de Bob, Bomb Voyage ou encore le gamin à tricycle…

Get the Flash Player to see this content.

The Incredibles possède aussi, sans surprise, un casting vocal des plus efficaces.  Craig T. Nelson et  Holly Hunter endossent à merveille le costume du couple Parr ; Samuel L. Jackon  offre une la performance enthousiasmante en Frozone ; Jason Lee est assez survolté dans la peau du méchant Syndrome, sans oublier la voix assez suave d’Elizabeth Peña pour donner vie à Mirage.

Après avoir posé ses bases avec ses 4 premiers films, à l’atmosphère et aux idéaux similaires, Finding Nemo a enclenché une évolution qui est totalement embrassé par The Incredibles. Celui-ci se démarque de ses prédécesseurs grâce à une approche narrative différente et des défis visuels inédits et rafraichissants. Brad Bird offre un film plein de vie, drôle, intelligent.

Pixar Retrospective : The Incredibles (Les Indestructibles – 2004)

Réalisateur & scénariste : Brad Bird.
Casting (vocal) : Craig T. Nelson, Holly Hunter, Sarah Vowell, Brad Bird, Samuel L. Jackson, Jason Lee, Spencer Fox, Elizabeth Peña.

Next Stop in The Pixar Universe : Cars

À propos de l'auteur, Carole.

avatar
Tous les articles Consultez tous ses articles | e-mail Lui écrire.

Vos commentaires sur cet article

Suivre les commentaires par RSS
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, laissez le votre. Les partenaires

Laissez un commentaire

Merci de laisser un message. N'oubliez pas de rester courtois en toute circonstance et d'écrire en français pour que tout le monde puisse comprendre. Penser à signaler les éventuels spoilers au sujet des épisodes à venir.

Les partenaires Pour rappel, les commentaires sont modérés. Pour plus de détails, rendez-vous sur la page des Conditions Générales d'Utilisation. Enfin, si vous désirez que votre avatar apparaisse, inscrivez-vous sur Gravatar.com. Les liens sont en follow.