5 films pour se mettre dans l’ambiance des fêtes de fin d’année

jeudi 20 décembre 2012 à 13:33

Quand on vit au rythme du calendrier scolaire, on ne connait sa chance que quand cela s’arrête – voire un peu plus tard. Non, l’école ne manquera jamais, mais les heures passées devant la télévision à revoir tous les ans les mêmes films, ça oui. Grâce à cela, il y avait un parfum différent qui flottait dans l’air (et ce n’était pas les gâteaux au four, pas chez moi en tout cas).

Quoi qu’il en soit, si je ne passe plus autant de temps que je le voudrais devant ma télévision en cette période de l’année, certains films reviennent toujours en décembre et participent à se plonger dans l’ambiance des fêtes de fin d’année.

La Bande à Picsou, le film : Le Trésor de la lampe perdue (1990)

La Bande à Picsou, le film : Le Trésor de la lampe perdue (1990)Si Asterix ou Tintin ont occupé un certain nombre d’heures, j’ai toujours eu une préférence pour Picsou et par conséquent, Le Trésor de la lampe perdue s’imposait comme un classique de fin d’année. Si je ne fais pas erreur, il est encore diffusé – cela fait quelques années que je ne l’ai pas vu. En fait, j’ai arrêté, car je le connaissais par cœur et que c’était mieux ainsi au lieu d’aller jusqu’à l’écœurement. Je garde toujours un très bon souvenir de cette gentille aventure de Riri, Fifi, Loulou et d’oncle Picsou. (en savoir plus)

Le Père Noël est une ordure (1982)

Le Père Noël est une ordure (1982)Le Père Noël est une ordure est le classique français par excellence de la fin de l’année. Je ne sais pas s’il y a déjà une année où il ne fut pas diffusé (mais je ne chasse pas les diffusions non plus). Cette comédie burlesque apparait indémodable et pour peu que vous soyez en famille, difficile de passer à côté de l’anecdote de quand les parents, oncles ou tantes l’ont découvert – mais il est question de la pièce de théâtre, voyons ! À noter que Nora Ephron a scénarisé et réalisé le remake, Mixed Nuts, mais je n’ai pas la moindre idée de ce que cela vaut. (en savoir plus)

It’s a Wonderful Life (La vie est belle – 1946)

It’s a Wonderful Life (1946)Après le classique français, direction l’Amérique avec It’s A Wonderful Life – aka La vie est belle en français, dans lequel Jimmy Stewart va rencontrer un ange dans la dernier acte du film. Entre esprit de Noël et tendance dépressive, Capra signe une très belle histoire à faire pleurer dans les chaumières qui ne se déroule à Noël que dans sa dernière partie, mais qui est le symbole par excellence de cette période de l’année.  (Lire la critique)

A Christmas Romance (La romance de Noël – 1994)

La romance de Noël (1994)C’est juste pour l’anecdote, car je ne crois pas avoir vu plus d’une fois La romance de Noël et je ne m’en souviens pas particulièrement. Pour autant, rien ne crie plus les fêtes de fin d’année que la diffusion de ce conte de Noël avec Olivia Newton-John dans la peau d’une veuve surendettée qui rencontre l’amour. C’était sur M6, puis Téva (voir sur les deux !) et sûrement sur une autre chaine plus tard. C’était tellement diffusé que c’en est devenu une blague familiale, bien que personne ne le regarde dans la famille ! Pour le coup, il faut bien le dire, rien que voir le nom sur le programme est un élément clé des fêtes de fin d’années. Enfin, vous pouvez opter pour n’importe quel téléfilm, ça devrait faire l’affaire. (en savoir plus)

Gremlins (1984)

Gremlins (1984)Déjà dans la liste des 5 films d’horreur pour rire à Halloween, les fameuses bestioles de Joe Dante sont aussi incontournables à Noël. Il faut dire que Gizmo est un cadeau de Noël, le genre trop mignon qui donne envie d’avoir le même… jusqu’au drame. Les règles sont toujours les mêmes : ne pas exposer l’animal à la lumière, ne pas le mouiller, et ne jamais lui donner à manger après minuit. Le chaos qui s’ensuit est bien entendu légendaire et aura occupé de nombreuses heures de visionnages. Et puis, forcément, après le premier, il n’y a qu’à enchainer sur le second. (Lire la critique)