A Good Day to Die Hard (Belle journée pour mourir – 2013)

mardi 21 mai 2013 à 12:40

A Good Day to Die Hard (Belle journée pour mourir - 2013)

John McClane est une fois de plus de retour, même si on ne lui demandait pas vraiment de poursuivre ses aventures. Le pauvre, il a fait tout ce qu’il pouvait, il mérite de partir à la retraite, bien qu’il semble qu’il soit désormais trop tard pour qu’il puisse le faire la tête haute. D’ailleurs, A Good Day to Die Hard ne va pas l’aider à corriger ça, au contraire, il enfonce violement le clou.

Il parait évident à ce niveau de Bruce Willis ne reprend le rôle que pour le pognon. Le fait qu’il n’essaie même plus de faire un effort pour le cacher transpire à l’écran comme jamais. Il lance ses one liners sans conviction et ne parvient pas toujours à contenir ses rires face à l’absurdité du scénario. Si tout le monde faisait comme lui et arrêtait de se prendre au sérieux, il est probable que cette Belle journée pour mourir aurait pu devenir un joli concentré de second degré pouvant rendre digeste les passages les plus regrettables de cette désolante suite.

A Good Day to Die Hard (Belle journée pour mourir - 2013)

L’histoire est simple. McClane se rend à Moscou pour soutenir son fils qui est jugé pour meurtre. À peine arrivé, ledit fiston profite d’une tentative d’assassinat contre son codétenu pour prendre la poudre d’escampette. Il se trouve que Jack McClane est un agent de la CIA qui a pour mission de récupérer des dossiers compromettants et, pour ce faire, il doit sauver la peau du gars qui devait justement être réduit au silence durant le procès. Bref, John décide qu’il doit avoir une conversation avec sa progéniture et cela se transforme en une course-poursuite destructive à travers tout Moscou.

À la réalisation, John Moore – à qui l’on doit l’ignoble Max Payne – tente de compenser le fait que son scénario tient sur deux pages en explosant tout ce qu’il peut. S’il s’était contenté de ça, son film aurait pu être sauvé, mais il essaie véritablement de faire du Die Hard. Il suit clairement une checklist incomplète et nous offre des références occasionnelles qui ressemblent plus à des insultes dirigées contre les fans de la franchise qu’à une honnête tentative pour légitimer son projet.

A Good Day to Die Hard (Belle journée pour mourir - 2013)

Tout sonne faux pour du Die Hard, à commencer par McClane qui est bien trop blasé et volontaire. Se tromper sur toute la ligne au niveau de l’écriture du personnage fait que tout le reste n’avait aucune chance de tenir la distance.

En fait, A Good Day to Die Hard aurait pu être un film d’action stupide et oubliable, mais probablement sympathique à suivre si le personnage incarné par Willis ne s’appelait pas John McClane. Ce détail rend toute l’entreprise vraiment regrettable, vulgaire et douloureuse. C’est dommage, car il y a des scènes d’actions plutôt décentes à l’occasion.

A Good Day to Die Hard (Belle journée pour mourir - 2013)

Réalisateur : John Moore ; Scénariste : Skip Woods.
Casting : Bruce Willis, Jai Courtney, Sebastian Koch, Yuliya Snigir, Radivoje Bukvić, Cole Hauser.