A Guide to Recognizing Your Saints (2006)

dimanche 03 janvier 2010 à 18:40

Résumé : Dito est un auteur à succès vivant à Los Angeles. Un jours, après avoir reçu des coups de téléphone urgent de la part de sa mère et de son ami Nerf, il retourne dans sa ville natale, à Astoria, à cause du grave état de santé de son père. Ce voyage va le replonger dans ces souvenirs de l’été 1986, avant qu’il ne quitte définitivement sa maison …

A y regarder de plus près, A Guide to Recognizing Your Saints n’est pas un genre que j’affectionne. Ce que je veux dire par là, c’est que j’avoue être toujours très méfiante devant des œuvres autobiographiques réalisées et écrites par cette même personne. Dito Montiel adapte donc son propre ouvrage – autobiographique – pour le cinéma. Parfois, j’ai tendance à voir cela comme de la prétention mal placée. Cela ne va pas se ressentir dans l’histoire du film, qui se révèle justement assez humble, mais plus  dans les effets de réalisation, et cela va causer quelques dommages.

Le film se déroule avant tout en 1986, où Shia LaBeouf incarne le Dito jeune, à Astoria, Queens. Il se révèle assez difficile au départ de connecter avec l’univers – assez spécifique d’un point de vue ethnique, de mentalité et de style de vie –  qui n’est pas aidé par le fait que forcément, on n’y trouve pas grand-chose d’original. Dans l’ensemble, il faut le dire, c’est Channing Tatum, dans la peau du meilleur ami qui s’impose complètement. Ce n’est pas trop étonnant après que Montiel se soit dit qu’il serait bien pour son prochain film, Fighting. Le tout est servi par une réalisation assez travaillée, et même parfois trop. Il y a pas mal d’idées sur ce plan-là, certaines fonctionnent, d’autres non, malheureusement, cela donne aussi l’impression que parfois, l’esthétisme se retrouve plus mis en valeur, en défaveur de l’histoire qu’elle doit servir.

Nous le savons dès le début du film, Dito va quitter son quartier pour n’y revenir qu’en 2005. Dans les débuts, nous avons quelques images avec Robert Downey Jr. (la version adulte de Dito), mais ce n’est pas ultra approfondi. En fait, on pourrait presque se demander l’utilité si dans sa dernière partie, le film ne se décidait pas enfin à se passer à cette période de sa vie, pour réellement nous confronter à l’évidence. Les évènements qui vont animer la période 1986 vont être plus que déclencheur du départ de Dito, étouffé par la vie dans laquelle il était, malgré un soutien toujours présents de proches autour de lui. Et, au fond, c’est cette dernière ligne droite – en 1986 ou 2005 – qui va se révéler la plus intéressante.

L’histoire ne s’envolera jamais complètement, mais possèdera ses moments assez poignants. Malheureusement, malgré un excellent casting, l’absence d’originalité et une réalisation se voulant trop stylé gâche pas mal l’ensemble.

A la télévision.

Réalisateur et scénariste : Dito Montiel.
Casting : Robert Downey Jr., Shia LaBeouf, Rosario Dawson, Melonie Diaz, Chazz Palminteri, Dianne Wiest, Channing Tatum.