A Scanner Darkly (2006)

dimanche 13 juin 2010 à 23:02

Résumé : Une banlieue d’Orange County, en Californie, en 2013. L’interminable et vain combat de l’Amérique contre la drogue se confond désormais avec sa guerre contre le terrorisme.
Le policier Bob Arctor, spécialiste réticent des missions d’infiltration, est contraint de jouer les taupes auprès de ses amis Jim Barris, Ernie Luckman, Donna Hawthorne et Charles Freck.
Lorsqu’il reçoit l’ordre de s’espionner lui-même, Arctor entame une inexorable descente dans l’absurde et la paranoïa, où loyautés et identités deviennent indéchiffrables.

Présent dans mon « Robert Downey Jr. Noughties Challenge« , A Scanner Darkly n’est pas un film que j’avais véritablement envie de voir. Bien sûr, Robert est animé, et il y a sa voix, mais j’avoue que le trip visuel ne me branchait pas trop.

En fait, pour le coup, j’avais dû taper juste sur le trip visuel car l’aspect technique du film prend un côté par moment plus psychédélique – avec ses ombres et ses mouvements – plus qu’il ne se montre vraiment utile. Cela fut un peu un handicap pour moi, car ce ne fut pas bien difficile d’être déconcentrée à cause du jeu de couleurs.

Au final, je me demande si cela ne dessert pas totalement le film; l’histoire semble vouloir nous parler d’addiction et de détresse psychologique mais ressentir quelque chose de fort est assez difficile, il y a comme une absence d’expression humaine.

J’ai réussi à être plus ou moins intéressé par la fin, mais d’un autre côté, j’ai failli m’assoupir au son de la douce de voix de Keanu, alors que d’autres moments m’ont aussi profondément ennuyé. Dans tout cela, Robert est un de ces personnages du film qui parle plus souvent pour ne rien dire qu’autre chose (il y a un peu trop de blabla inutile), et qui est plus présent pour détendre l’atmosphère du film.

Au final, peut-être que si j’avais lu l’histoire de Philip K. Dick, j’aurais été plus réceptive, mais je trouve que le film manque singulièrement d’émotions et n’est pas très bien équilibré entre ses scènes plus silencieuses et ses jacasseries. Je tends à penser que j’aurais plus apprécié sans l’animation.

Réalisateur & scénariste : Richard Linklater.
Casting : Keanu Reeves, Winona Ryder, Robert Downey Jr., Woody Harrelson, Rory Cochrane.