Alphabet cinématographique : B comme… Barbara Stanwyck

jeudi 11 juillet 2013 à 15:31

Barbara Stanwyck (The Lady Eve)

Barbara Stanwyck est considérée comme l’une, si ce n’est la meilleure actrice de son époque, et si je n’ai pas honnêtement le bagage cinéphilique pour pouvoir porter un tel jugement, je n’irais certainement pas le contredire.

En vérité, à ce jour, j’ai encore énormément de films avec elle à découvrir, ce qui n’est pas non plus une mauvaise chose car qu’importe la qualité de l’œuvre, Stanwyck appartient à ces actrices qui semblent incapables de délivrer une mauvaise performance. Elle est autant capable de faire rire que pleurer, et jouer les femmes fatales ou celle en détresse. Elle passera de la screwball comedy au drame au film noir, prouvant l’étendue de son talent.

Elle était aussi populaire sur les tournages pour son professionnalisme et sa gentillesse, et a mené une grosse partie de sa carrière indépendamment, refusant toujours de signer un contrat à long terme avec un studio – ce qui était pratique courante à l’époque. Certains disent que c’est pour cela qu’elle n’a jamais décroché un oscar, mais cela lui offrait une liberté créative qui a certainement participé à faire d’elle la légende qu’elle est devenue, associé à son style de jeu naturel.

Barbara Stanwyck appartient à ces actrices qui poussent à l’admiration et qui a servi de modèles pour d’autres qui ont suivi. C’est en 1982 qu’elle se verra remettre l’oscar d’honneur « pour sa créativité sans pareille et sa contribution unique à l’art de l’interprétation à l’écran. » Comme on dit, il n’est jamais trop tard…