Alphabet cinématographique : E comme… Eddie Murphy dans les années 80

vendredi 02 août 2013 à 10:05

Eddie Murphy & Arsenio Hall - Coming to America

Il est aujourd’hui assez facile de traiter Eddie Murphy avec ce que je qualifierais gentiment d’un dédain qui pourrait aisément mener à de l’indifférence totale. Contrairement à d’autres, il ne semble pas réellement retrouver son chemin vers la grandeur. Je dis bien « retrouver », car il y a bien longtemps de cela, il était simplement le meilleur à ce qu’il faisait.

Il fut donc une époque, que l’on nomme désormais les années 80, durant laquelle il était simplement hilarant. Trading Places, Coming To America et Beverly Hills Cop sont trois films que j’adorais et que j’adore toujours d’ailleurs. J’ai grandi en les regardant encore et encore, je ne crois pas que l’on peut s’en lasser. Étrangement, je ne le regarde pratiquement plus aujourd’hui, il faudrait que je remédie à ça, car j’ai passé tellement de bon temps devant. En tout cas, Murphy était génial et on ne pourra jamais lui enlever ça.

Bien entendu, tout ce qu’il faisait n’était pas de ce niveau, mais j’étais probablement trop jeune pour admettre que The Golden Child était négligeable. Je le rangeais au côté de Big Trouble in Little China, même si je préférais celui-ci qui était bien plus allumé. Et je n’ai jamais vraiment accroché à 48hrs, préférant largement Lethal Weapon dans le genre — c’est aussi pour ça que j’ai longtemps ignoré Nick Nolte, mais c’est une autre histoire.

Bref, Eddie Murphy dans les années 80, il méritait d’être célébré.