Anna Karenina (2012)

jeudi 21 mars 2013 à 9:35

Keira Knightley dans Anna Karenina (2012)

Joe Wright retrouve pour la troisième fois Keira Knightley pour Anna Karenina, une adaptation du roman de Léon Tolstoï qui prend place dans la haute société russe de la fin du XIXe siècle.

Le réalisateur y apporte sa vision en offrant une mise en scène théâtrale, dans son sens le plus basique, vu que l’histoire se déroule dans un théâtre où les décors s’enchainent. Sur ce fait, l’œuvre de Wright se démarque très vite, le procédé étant aussi impressionnant que déroutant par moment. Cela fournit en tout cas un début de film particulièrement mouvementé et bruyant, voire trop à mon goût, ce qui n’aide pas à s’immerger dans le récit. Qui plus est, ces artifices tendant quelque peu à étouffer les sentiments des personnages qui ne sont pas, eux, suffisamment exposés.

Domhnall Gleeson et Alicia Vikander dans Anna Karenina (2012)

Keira Knightley incarne l’héroïne, une comtesse et femme mariée à un important homme d’État qui va se lancer dans une liaison avec le Comte Vronsky, risquant ainsi sa position et sa réputation. La passion est en partie au cœur du film, où ses protagonistes sont en quête d’amour et de bonheur. Cela devrait donc être un véritable tumulte émotionnel, seulement Anna Karenina ne semble jamais vraiment réussir à donner corps à cela, avec pourtant une actrice principale qui connait une belle montée en puissance sur ce plan-là.

Aaron Johnson dans la peau du comte Vronsky se retrouve dans l’ombre de Knightley, et peut-être était-ce le but, cependant la liaison au cœur du récit en pâtit grandement. À côté, le développement entre Levin (Domhnail Gleeson) et Kitty (Alicia Vikander) se révèlent plus convaincant. Il est alors dommage que le parallèle entre leur romance et l’histoire d’Anna peine à réellement émerger.

Keira Knightley et Jude Law dans Anna Karenina (2012)

Dans deux registres différents, Jude Law et Matthew Macfadyen s’imposent avec une aisance déconcertante. Le premier se montre d’une parfaite sobriété et déchirant dans le rôle de l’époux d’Anna ; le second (qui incarne le frère de l’héroïne) apporte au récit des notes joyeuses et un peu d’humour et il est parfaitement épaulé par Kelly McDonald dans la peau de son épouse, sensible et chaleureuse.  Le film est d’ailleurs composé d’un casting assez impressionnant, résultant alors à une palette d’acteurs sous-employée.

Anna Karenina réussit autant qu’il échoue. Le film possède des plans sublimes, des moments forts, des personnages capables de toucher, d’émouvoir, de bousculer. Seulement, si certaines scènes sont très belles, l’ensemble n’est pas aussi prenant et vif que la tragédie qui se joue et l’histoire ne touche pas avec suffisamment de force pour totalement fonctionner ici.

Keira Knightley et Aaron Johnson dans Anna Karenina (2012)

Réalisateur : Joe Wright; scénariste : Tom Stoppard.
Casting : Keira Knightley, Aaron Johnson, Jude Law, Kelly Macdonald, Matthew Macfadyen, Domhnall Gleeson, Alicia Vikander, Emily Watson, Olivia Williams, Holliday Grainger, Michelle Dockery, Ruth Wilson.