Big Fan (2009)

mardi 02 février 2010 à 22:39

Résumé : Paul Aufiero est le plus grand fan autoproclamé de l’équipe des New York Giants. Aussi, lorsqu’il rencontre, avec un de ses amis, Quantrell Bishop, la star de l’équipe, ils ne peuvent s’empêcher de le suivre… Mais ce qui ressemblait à un rêve ne va pas tarder à tourner au cauchemar…

Patton Oswalt est donc Paul, un gros fan des Giants et rien ne peut lui enlever ça. En fait, être fan des Giants est la seule chose qu’il a dans la vie. Il a un petit job, il vit chez sa mère, sa famille ne le respecte pas, et j’en passe, mais il a sa passion pour les Giants qu’il partage avec son ami Sal.

Donc, Paul se fait tabasser par son idole, Quantrell Bishop, le QB des Giants et tout le monde veut qu’il porte plainte ou qu’il fasse un procès, mais lui, ce qu’il voit, c’est la santé de son équipe et il ne peut pas se permettre d’être le responsable de la chute de celle-ci. Il va donc se retrouver contre tous à défendre Quantrell, à refuser de témoigner et à refuser de faire un procès.

Autant le dire, tout repose sur la prestation de Patton Oswalt et il en délivre une très bonne. Son personnage se bat pour conserver son identité alors que tout le monde veut le changer, le faire douter et le pousser à détruire la seule qui compte réellement pour lui. Et donc, Oswalt se lance à corps perdu dans le rôle et rien que pour ça, le film mérite d’être vu. La réalisation est également plutôt bonne, nous offrant une véritable immersion dans l’univers de Paul, sans fioriture. Ce que je regrette par contre, c’est que le film n’ait pas plus de légèreté. De plus, le métrage n’est pas très long, mais n’aurait pas pu l’être, car le scénario épuise clairement toutes ses options.

Bref, Big Fan est un bon film avec un sujet intéressant, d’excellents interprètes, mais je n’ai pas réussi à être vraiment plongé dedans d’un bout à l’autre, décrochant de manière régulière et bataillant pour rester accroché. Je ne sais pas trop pourquoi, peut-être la fatigue, en tout cas, j’ai apprécié que cela ne devienne pas aussi dark que je pensais qu’il serait, bien qu’il frôle le dépressif régulièrement.

Réalisateur & Scénariste : Robert D. Siegel.
Casting : Patton Oswalt, Kevin Corrigan, Michael Rapaport, Marcia Jean Kurtz, Matt Servitto, Serafina Fiore, Gino Cafarelli, Jonathan Hamm.