Black Swan (2010)

samedi 29 janvier 2011 à 23:08

Après 127 Hours, j’enchaine avec un autre film nominé aux Oscars, Black Swan. D’une certaine façon, il y a une connexion, vu que les deux longs-métrages jouent sur une certaine intensité, dans le genre, on ne fait pas les choses à moitié.

Quoi qu’il en soit, Darren Aronofsky signe avec Black Swan un film magnifiquement glauque, dans lequel Natalie Portman incarne la ballerine Nina, déterminée à obtenir le rôle principal du Lac des cygnes.

Thomas (Vincent Cassel), qui la dirige, cherche à la pousser à dépasser ses limites, Nina étant une simple perfectionniste, control-freak, ne se laissant jamais allée, et qui a tout vouée à la technique et rien à la passion. Lily, nouvelle recrue incarnée par Mila Kunis, se trouve de cette façon être son opposée, manquant clairement de rigidité, mais possédant le naturel. Pour incarner les deux cygnes, Nina va devoir s’affirmer, si ce n’est que le tout se fera avec une rupture psychologique jouant donc sur l’opposition entre les deux cygnes, les deux danseuses, et l’investissement extrême que la performance demande. Rivalité, passion, jalousie, amour et reflet. Le tout avec l’obligatoire regard sur la perfection physique et des rêves, des thématiques alimentées à merveille par la mère de Nina. Des sujets qui sont on ne peut plus classique à ce genre d’œuvre, mais qui trouve ici un moyen d’expression fort.

Le fait est que Black Swan ne fait pas dans la demi-mesure, ce qui se prête assez bien au sujet, mais qui peut aussi paraître par moment plutôt douteux. Disons que Nina a des ruptures avec la réalité qui m’ont semblé un peu poussif. Le mélange entre la réalité et les hallucinations sont bien maitrisées et la mise en scène est véritablement inspirée, Aronofsky offrant quelques plans ingénieux.

Le film se révèle être très intense émotionnellement parlant, et c’est clairement ce qui l’anime et qui m’a entrainé dans l’univers. Le tumulte se montre fort et c’est donc réussi, tout est poussé à l’extrême. Les personnages sont prêts à tout (tout particulièrement Nina), ce qui permet de donner à l’histoire toute sa puissance.

Réalisateur : Darren Aronofsky; Scénariste : Mark Heyman, Andres Heinz, John McLaughlin
Casting : Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel, Barbara Hershey, Winona Ryder, Benjamin Millepied, Ksenia Solo, Kristina Anapau, Janet Montgomery, Sebastian Stan, Toby Hemingway