Les Incontournables

Les Incontournables : Adaptation. (2002)

mercredi 18 septembre 2013 à 20:35

AdaptationAprès avoir réalisé Being John Malkovich, Spike Jonze a de nouveau travaillé avec Charlie Kaufman sur Adaptation, un film métaphysique dans lequel le scénariste explore encore et toujours ses névroses, mais cette fois-ci de façon particulièrement directe vu qu’il se met en scène.

Avec Adaptation, Nicolas Cage y tient l’un de ses rôles les plus mémorables, soit celui de Charlie Kaufman et de son frère jumeau Donald. Le premier, scénariste de Being John Malkovich qui est en tournage, traverse une dépression et n’est pas très heureux de voir son frère vivre cher lui et marcher dans ses pas pour devenir aussi scénariste en suivant les séminaires de Robert McKee.Il faut aussi dire que Charlie lutte pour adapter le (véritable) roman de non-fiction The Orchid Thief de Susan Orlean (interprétée par Meryl Streep) dans le but d’offrir un scénario intelligent et loin des stéréotypes.

Lire la suite

Les Incontournables : Pitch Black (2000)

jeudi 12 septembre 2013 à 10:56

Pitch Black (2000)Avant la sortie en salle de la troisième aventure cinématographique de Riddick, toujours incarné par Vin Diesel, je me suis dit que j’allais revoir une fois de plus Pitch Black, étant donné que c’est une raison comme une autre de le faire. En général, je le regarde d’ailleurs sans raison. Il faut dire que ce film de David Twohy a étrangement trouvé une place confortable sur la liste de ceux que je ne me lasse pas de revoir. Ce n’était pas forcément gagner au départ.

En fait, je l’ai découvert parce que Claudia Black joue dedans. À l’époque, elle était également dans une excellente série de SF appelée Farscape. Du coup, au moment où Pitch Black est sorti, il a fait parler dans le milieu des sériephiles sur le net, on n’était finalement pas si nombreux que ça en 2000, les informations faisaient rapidement le tour et la réputation du long-métrage a vite grandie. Trop, puisque quand j’ai eu l’occasion de le voir, j’ai été légèrement déçu. Heureusement, je lui ai par la suite donné une seconde chance.

Lire la suite

Les Incontournables : Blow Out (1981)

jeudi 29 août 2013 à 12:59

Blow Out (1981)Les vieux trailers étaient parfois vraiment peu engageants et quand je suis tombé sur un de Blow Out, je n’ai pas spécialement eu envie de voir le film. C’est donc tardivement que je l’ai finalement regardé. D’un autre côté, il est sorti au cinéma juste avant ma naissance, il y avait peu de chance que je puisse le découvrir tôt. Quoi qu’il en soit, je peux facilement ranger ce long métrage de Brian DePalma aux côtés de ceux que je regrette véritablement d’avoir éludés pendant si longtemps. En tout cas, aujourd’hui je le classe parmi mes incontournables.

L’histoire se centre sur Jack Terry (John Travolta) qui est un spécialiste des effets sonores dans le cinéma. Un soir, alors qu’il enregistre des bruitages en pleine nature, il assiste à un accident de la route et sauve la passagère, Sally (Nancy Allen), mais le conducteur ne s’en sort pas. Ce dernier était un gouverneur pressenti comme étant le parfait candidat pour la présidence du pays. Jack réalise avec son enregistrement qu’un coup de feu a été tiré. Découvrir la vérité devient alors une obsession pour lui, ce qui le mettra dans une situation dangereuse qui le dépasse complètement.

Lire la suite

Les Incontournables : Rencontres du troisième type (1977)

jeudi 25 juillet 2013 à 13:56

Rencontres du troisième type (1977)Je crois avoir toujours eu un penchant pour la science-fiction, mais jamais je ne donnerais de crédit à E.T. pour ça. Par contre, il est indéniable que Close Encounters of the Third Kind a joué un rôle important. Je pense que c’est parce que Spielberg embrasse cette étrange sous-culture qui s’est développée autour des soi-disant rencontres avec des êtres venus de l’espace et lui donne corps sans la tourner à la dérision. Au contraire, il ajoute même un joli message d’espoir avec une touche humaniste.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Close Encounters of the Third Kind nous parle de Roy Neary (Richard Dreyfuss), un électricien qui se rend sur le lieu d’une panne quand des soucoupes volantes croisent sa route. Après ça, il devient obsédé par une forme qu’il n’arrive pas à identifier. En parallèle, à différents endroits du globe, d’étranges évènements se produisent, entrainant l’équipe du Dr Lacombe (François Truffaut) sur la piste d’un moyen de communication avec les extra-terrestres.

Lire la suite

Les Incontournables : Don’t Mess With Sandra Bullock in Miss Congeniality (2000)

vendredi 12 juillet 2013 à 11:43

Miss Congeniality - PosterSi ces dernières années ont été assez pauvres dans le domaine des films à destination des femmes (à quelques exceptions près), il fut un temps où l’on était mieux servi. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’était de meilleure qualité, il y a de fortes chances que j’ai simplement effacé de ma mémoire les pires, mais il y avait de quoi faire et régulièrement, il y en avait un qui était vraiment bon.

Miss Congeniality, baptisé en France Miss Detective, fait donc partie ceux que je regardais régulièrement. Cette comédie policière met en scène Sandra Bullock dans la peau de l’agent du FBI Gracie Hart. Introduite comme un garçon manqué diablement fâché avec sa brosse à cheveux, sans aucune grâce et qui méprise les concours de beauté, Gracie  va devoir infiltrer une élection de Miss pour démasquer un poseur de bombes.

Lire la suite

Les Incontournables : Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (1988)

vendredi 28 juin 2013 à 11:42

Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (1988)Il fut un temps où le public perdait son intérêt dans le cinéma d’animation, Disney touchait alors plus les spectateurs avec ses films non-animés, jusqu’à ce qu’un long métrage hybride rencontre un gros succès et relança la machine.

Je parle bien entendu de Who Framed Roger Rabbit de Robert Zemeckis, la rencontre parfaite entre deux univers qui enchanta des millions de téléspectateurs à travers le monde, dont moi. J’ai adoré chaque visionnage et, même s’il a pris un léger coup de vieux, il tient aujourd’hui encore assez bien la route.

Sorte de mélange entre l’hommage et la parodie de film noir, Who Framed Roger Rabbit nous entraine en 1947, dans un Hollywood de Fantasy où les personnages de dessins animés sont réels et côtoient les humains. Le détective privé Eddie Valiant a une dent contre eux, mais il accepte tout de même de suivre Jessica Rabbit, la femme de Roger Rabbit, qu’il observa avec un homme, Marvin Acme, le propriétaire de Toontown – la ville des toons. Quand ce dernier est retrouvé mort, Roger est le suspect numéro 1 et il devra convaincre Eddie de l’innocenter.

Lire la suite

Les incontournables : Happy Gilmore (1996)

vendredi 14 juin 2013 à 13:20

Les incontournables : Happy Gilmore (1996)Vous souvenez-vous de cette époque durant laquelle Adam Sandler était marrant ? Cela parait loin maintenant, mais ça ne veut pas dire que l’on doit renier cette période à présent. Au contraire, cela la rend étrangement plus sympathique.

Happy Gilmore est une de mes comédies préférées des années 90. Elle possède une simplicité et une efficacité dans son humour qui fait qu’aujourd’hui encore il est difficile de la regarder sans rire d’un bout à l’autre.

L’histoire se centre sur Happy Gilmore, un joueur de hockey qui est mauvais sur la glace, mais qui shoot le palet avec une force phénoménale. Sa grand-mère doit beaucoup d’argent au fisc et se fait expulser de chez elle. Happy doit gagner rapidement de l’argent pour la sortir de ce pétrin et c’est là que, plus ou moins par accident, il se lance dans le golf. Il fait des ravages avec ses clubs, mais est incapable de manier le putter. Il devra alors apprendre à se contrôler s’il veut remporter le grand prix tant convoité, ce que Shooter McGavin compte empêcher.

Lire la suite

Les incontournables : Rounders (Les Joueurs – 1998)

jeudi 09 mai 2013 à 10:31

rounders-PosterJe ne me souviens plus exactement dans quelle condition j’ai découvert Rounders (Les Joueurs en français), mais je ne compte plus le nombre de fois où je l’ai visionné. À l’époque, il avait reçu des critiques plutôt mitigés, et j’avoue que cela m’échappait un peu. En tout cas, cela a dû l’aider à obtenir sa place méritée parmi les nouveaux films cultes auxquels on fait sporadiquement référence.

Rounders met en scène Matt Damon dans la peau d’un joueur de poker qui va perdre une grosse somme d’argent face à John Malkovich, aka Teddy KGB, un mafieux russe propriétaire d’un club de jeu. Difficile de faire plus caricatural en la matière que le personnage et l’interprétation de l’acteur.

Lire la suite

Les Incontournables : Gladiator (2000)

jeudi 25 avril 2013 à 10:02

Gladiator (2000)Comme pour Trainspotting, j’aurais tendance à ranger Gladiator au rayon des nouveaux classiques. Ses 5 oscars – dont meilleur film et meilleur acteur – l’aideront certainement à ne pas se faire oublier, mais je ne suis même pas certain que cela soit nécessaire, car Ridley Scott a simplement fait de ce long-métrage une démonstration de grand cinéma.

Gladiator est le type de films sur lequel Hollywood s’est construit, mais qui s’est fait assez rare avec le temps. On parle ici d’un spectacle épique avec ses personnages plus grands que nature, ses décors et costumes impressionnants, ses images de toute beauté et sa réalisation à couper le souffle. Du divertissement hollywoodien qui en donne aux spectateurs pour leur argent.

Lire la suite

Les Incontournables : la duologie Terminator de James Cameron

jeudi 11 avril 2013 à 11:14

terminator_poster  terminator_two_judgement_day_poster

Le cinéma d’action et d’anticipation ne serait pas grand-chose sans les Terminator de James Cameron, qui sont aujourd’hui des classiques dans le genre. Le premier volet a d’ailleurs été sélectionné par le National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès américain pour y être conservé, étant jugé « culturellement, historiquement ou esthétiquement important ». Le second n’y est pas, mais s’est bien plus imposé comme une pièce importante de la pop culture.

Aujourd’hui, on ne présente plus trop l’histoire de Terminator, si ce n’est pour la postérité. Tout commence avec Sarah Connor, la mère de John qui est destiné à devenir le leader de la résistance dans un futur post-apocalyptiques où les robots veulent éliminer les humains. Les machines vont donc tenter d’éliminer soit Sarah, soit John avant que le futur ne se réalise, tandis que la résistance envoie elle aussi  dans le passé des êtres pour les protéger.

Lire la suite