Comedy Club

John Dies at the End (2012)

lundi 11 mars 2013 à 11:02

John Dies at the End (2012)

Une décennie après Bubba Ho-Tep qui m’avait plus ou moins déçu – ne devant son salut qu’à la présence de Bruce Campbell –, Don Coscarelli fait son retour avec John Dies at the End.

Il est quelque peu difficile de réellement décrire cette comédie fantastique, non pas que je pourrais révéler quelque chose qu’il ne faudrait pas, mais parce qu’il part juste dans tous les sens. Basiquement, nous avons Dave Wong et son ami John qui se retrouvent plus ou moins contaminés par ce que l’on appellerait une drogue qui leur donne des capacités particulières. Ils sont ainsi poussés à combattre créatures extradimensionnelles et autres ectoplasmes, sans oublier qu’ils doivent sauver le Monde.

Lire la suite

Ted (2012)

jeudi 15 novembre 2012 à 10:04

Seth MacFarlane et quelques-uns de ses amis de Family Guy font leur début sur grand écran, mais sans la famille Griffin. Enfin, presque, puisque l’on retrouve pas mal d’acteurs qui prêtent régulièrement leur voix aux personnages de la série.

Quoi qu’il en soit, malgré le fait que MacFarlane transpose son humour et celui de ses collègues au cinéma, il est surtout question ici d’une coming of age story un peu tordue, étant donné que le personnage principal à 35 ans et il a basiquement son âme d’enfant métaphoriquement incarnée par Ted, le nounours de son enfance qui a pris vie.

Lire la suite

The Campaign (Moi, député – 2012)

mardi 06 novembre 2012 à 9:26

En cette période de campagne électorale aux États-Unis, nous avons le droit aux pires absurdités de la part de politiciens de tous bords. À dire vrai, c’est aussi marrant qu’effrayant quand on y pense un peu. Le cirque électoral est ici le moteur de The Campaign, étrangement titré Moi, député en France, car La Campagne avait surement une consonance trop provinciale.

Cette comédie de Jay Roach suit Cam Brady qui a déjà été élu au congrès 4 fois en tant que représentant de son district. La 5ème fois ne devrait pas poser de problème, mais Cam est légèrement hors de contrôle et les puissants frères Motch sautent sur l’occasion pour lancer leur propre candidat qui pourrait le battre et représenter leurs intérêts en échange. Le pigeon est Marty Huggins, un brave père de famille qui est issu d’une lignée d’homme politique.

Lire la suite

Safety Not Guaranteed (2012)

samedi 20 octobre 2012 à 13:37

comédie indé récompensée à Sundance cette année, Safety Not Guaranteed nous entraine dans la vie étrange de Kenneth Calloway (Mark Duplass) qui cherche quelqu’un pour faire un voyage dans le temps avec lui. Le Seattle Magazine veut écrire un article sur lui et l’interne Darius Britt (Aubrey Plaza) est alors envoyée pour l’approcher.

« Wanted: Somebody to go back in time with me. This is not a joke. You’ll get paid after we get back. Must bring your own weapons. I have only done this once before. Safety not guaranteed. »

Lire la suite

Grabbers (2012), la comédie horrifique irlandaise alcoolisée

vendredi 07 septembre 2012 à 11:00

Grabbers  est une petite comédie d’horreur/SF irlandaise qui a quelque peu fait parler d’elle sur le circuit des festivals, notamment à Sundance où elle reçut des critiques positives. Cela se centre sur les habitants d’une île qui sont pris pour cible par un alien mi-pieuvre mi-vampire qui n’aime pas trouver de l’alcool dans le sang. Par conséquent, pour survivre, il faut se saouler, ce qui n’aide pas vraiment au moment d’attaquer le monstre.

Le pitch est légèrement décalé et en révèle presque un peu trop, car le coup de l’alcool ne concerne principalement que la seconde moitié du long métrage. Il aurait cependant été difficile de promouvoir le film sans cet élément qui est plus ou moins à la base d’une grosse partie des éléments comiques.

Lire la suite

See No Evil, Hear No Evil (Pas nous, pas nous – 1989)

mardi 04 septembre 2012 à 13:57

See No Evil, Hear No Evil, c’est l’histoire de Wally, un aveugle, qui est ami avec Dave, un sourd. Il y a un meurtre, l’un ne l’entend pas, l’autre ne le voit pas, mais les deux sont soupçonnés par la police et doivent tenter de prouver leur innocence. Pour une comédie, on notera que ce n’est pas une mauvaise chose que le pitch commence comme une blague.

Nous avons donc deux comédiens légendaires, Richard Pryor et Gene Wilder, qui se réunissent une fois de plus – il faudrait que l’on parle des autres fois d’ailleurs – pour un sympathique buddy movie au scénario pas franchement extraordinaire, mais ça ne surprend pas trop quand on voit que 6 personnes sont passées dessus.

Lire la suite

Casa de Mi Padre (2012)

lundi 23 juillet 2012 à 14:16

A quoi pourrait bien ressembler une comédie avec Will Ferrell en espagnole ? La réponse est simple, c’est une comédie avec Will Ferrell, mais en espagnole. Autant dire tout de suite que les amateurs de l’humour du comédien américain – dont je fais partie – n’ont pas à avoir d’appréhension, sauf s’ils ont une aversion pour les sous-titres (et en ont besoin parce qu’ils sont aussi nuls que moi en espagnol).

Donc, ce faux film mexicain est une fausse telenovela sur-dramatisée. En fait, c’est une comédie indépendante américaine tournée en espagnol en moins d’un mois en Californie, et qui raconte l’histoire d’Armando Álvarez (Ferrell) qui veut protéger le ranch de son père d’un puissant roi de la drogue. Le truc est qu’Armando est le fils stupide de la famille, alors quand son frère Raúl (Diego luna) revient à la maison, leur père croit que tout est sauvé. Le souci est que Raúl veut reprendre le contrôle de la drogue local des mains d’Onza (Gael García Bernal). Il a d’ailleurs déjà commencé en lui prenant sa nièce, la belle Sonia (Génesis Rodríguez), qu’il va prochainement épouser.

Lire la suite

Kingpin (1996)

mardi 03 juillet 2012 à 15:50

J’ai plus ou moins décidé de couvrir l’intégralité des films avec Bill Murray, juste parce qu’il le vaut bien. C’est ce qui m’a principalement motivé à regarder Kingpin, en plus du fait que j’aime beaucoup Woody Harrelson qui tient ici le premier rôle.

Kingpin est une comédie des frères Farrelly, ce qui veut dire qu’il y a des gags bien gras occasionnellement. C’est un peu dommage, car ça jure presque dans le décor par moment. Quoi qu’il en soit, plus qu’une comédie, c’est une comédie sportive dans le monde du bowling… Woody y tient le rôle d’un prodige qui va perdre sa main et ses rêves par la même occasion. Des années plus tard, il tombe sur un amish très doué qui est joué par Randy Quaid. Il va le convaincre de devenir son élève pour participer à une compétition qui a lieu à Reno et qui pourrait leur rapporter 1 million de dollars. Tout cela vire au road trip ponctué de parties de bowling et, sur la route, ils ramassent Vanessa Angel qui va entrer dans la combine.

Lire la suite

Dark Star (1974)

mercredi 27 juin 2012 à 11:44

Dark Star est comédie de Science-fiction, mais c’est surtout le premier film de John Carpenter. Enfin, le sien et celui de Dan O’Banon qui co-signe ici le scénario, tient l’un des principaux rôles et s’occupe des effets spéciaux. Pour rappel, O’Banon signera après ça les scénarii de films comme Alien, The Return of the Living Dead (qu’il réalisera également) ou encore Total Recall. Si ça cred n’était pas suffisante, il a également travaillé sur les effets spéciaux de Star Wars.

Lire la suite

21 Jump Street (2012)

mardi 12 juin 2012 à 11:27

21 Jump Street n’est pas à proprement parler une adaptation de la série éponyme, mais presque tout de même. C’est plus proche de la satire qui s’en prend avec beaucoup de sympathie et d’autodérision aux clichés de la pop culture des ‘80s, et ce, de manière on ne peut plus explicite.

Probablement conscient qu’il était plus ou moins impossible d’adapter la série comme telle en ayant l’air crédible deux secondes, Jonah Hill et Michael Bacall ont clairement pris la décision de ne pas trop chercher à faire l’impossible dans leur scénario, et ils le disent franchement aux spectateurs grâce à bons nombres de dialogues à double sens qui pointent avec une douce ironie, de la moquerie ou une certaine résignation, à quel point c’est poussif ou ridicule. En plus, les ‘80s et les concepts over the top de l’époque ne sont pas les seuls à en prendre pour leur grade, 2012 a aussi de quoi alimenter quelques blagues.

Lire la suite