Conviction (2010)

vendredi 07 janvier 2011 à 23:23

Conviction est un film de Tony Goldwyn, se basant sur l’histoire vraie de Betty Anne Waters, qui va passer sa vie à tenter de faire sortir son frère de prison, accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis.

Comme beaucoup de longs-métrages de cet acabit, il y a forcément le côté « histoire vraie » qui donne à l’ensemble un certain alibi, et il faut quand même dire que Betty Anne a poussé le concept assez loin dans le genre. Avant la condamnation de son frère Kenny, elle était mère au foyer. Elle a donc dû tout passer, baccalauréat, maitrise, et diplôme de droit. Autant dire que cela a bouffé des années, et qu’au passage, sa vie privée en a pris un coup – séparation prévisible, donc. L’histoire ne s’arrête pas là car après avoir fait tout cela, il faut faire sortir Kenny de prison et cela va se révéler tout aussi compliqué, vu qu’un certain nombres d’obstacles vont se présenter – du genre qui frôle le cliché télévisuel et que c’est typique le cas qui nous rappelle qu’à la base de certaines routines scénaristiques, il y a la vraie vie.

Justement, le film va se montrer un peu trop mécanique. Tout repose sur les épaules d’Hilary Swank et elle a tout ce qu’il faut pour, mais cela tend à faire que le reste manque quelque peu d’épaisseur – qu’il s’agisse de son frère, de son amie ou de sa famille. Le fait est que les évènements se passent sur une durée très longue. Le scénario parvient à éviter quelques pièges, mais il y a quand même des lenteurs.

L’histoire prend le temps de se pencher sur la relation entre Betty et son frère, ce qui me parait quand même vital, c’est l’essence du film, mais cela place la dynamique frère/sœur à un tout autre niveau donc elle se devait d’être appuyé. S’il est facile d’y adhérer, Swank et Rockwell fonctionnant très bien ensemble, c’est un peu comme tout le reste, il y a un certain manque de profondeur.

Comme il y avait quand même marqué « histoire vraie »  et que je suis habituée à ce genre de films (ce n’est pas l’originalité et l’innovation qui s’attache majoritairement à ce type de longs-métrages), je savais dans quoi je m’embarquais. Le film fait malheureusement un peu trop ce qu’il a à faire, ayant avant tout pour lui son casting. Dans le registre, c’est donc principalement ce qui le distingue et ce qui lui donne sa force.

Réalisateur : Tony Goldwyn; Scénario : Pamela Gray.
Casting : Hilary Swank, Sam Rockwell, Minnie Driver, Juliette Lewis, Melissa Leo, Peter Gallagher