Daybreakers (2009)

dimanche 07 février 2010 à 18:07

Résumé :  En 2019, les vampires ont pris le contrôle de notre planète. Les humains ne sont plus qu’une petite minorité, entretenue uniquement pour nourrir la population dominante. Edward Dalton est un vampire qui travaille dans la recherche. Il refuse de se nourrir de sang humain et oeuvre sans relâche à la mise au point d’un substitut qui pourrait à la fois nourrir ses semblables et sauver les derniers spécimens d’hommes. Lorsqu’il rencontre Audrey, une jeune survivante humaine, il va découvrir un secret biologique qui peut tout changer. Désormais, fort d’un savoir que vampires et humains veulent s’approprier à tout prix, Edward va se retrouver au centre d’un affrontement absolu dont l’enjeu décidera de l’avenir des deux espèces…

Daybreakers est donc un film de vampires et c’est un genre que j’aime tout particulièrement, bien qu’étonnement je n’ai jamais eu envie de voir Twilight. Mon style, c’est plutôt Blade II, de toute façon – comprendre : pas le vampire pour adolescente.

Ethan Hawke est Edward Dalton, un vampire qui n’a pas demandé à en être un et fait donc parti de la race dominante de la planète. Le peu d’humains encore en liberté est chassé pour être envoyé dans des « fermes » dans lesquelles on récupère leur sang. L’humain devient une vache. Edward travaille à trouver la recette du True Blood, pour faire simple, mais n’y arrive pas. Problème : il y a pénurie de sang et ceux qui sont en manque se changent en sorte de bête, assez proche de l’animal vampirique mythologique.

Forcément, il y a des résistants humains et Edward les rejoint, y trouvant au passage Dennis Leary Willem Dafoe.

Ce que j’ai apprécié, c’est que l’on ne perd pas du temps à nous expliquer les codes vampiriques en rigueur. Ils sont illustrés, mais tout le monde connait assez bien le truc maintenant pour tout identifier. Ensuite, j’ai assez bien accroché à l’idée du monde dominé par les vampires, mais je trouve dommage qu’il n’y ait pas plus de développement sur le sujet de cette prise de pouvoir (en quelque sorte).

Quoi qu’il en soit, la conjoncture dans laquelle se trouvent les vampires quand on commence le film permet d’installer immédiatement l’urgence qui permettra de justifier un bon rythme.

Le scénario ne recèle pas beaucoup de surprises, mais est quand même plutôt cohérent. On se concentre sur quelques idées, mais rien n’est vraiment approfondi, à part peut-être la relation entre Edward et son frère, mais ça aurait pu être mieux.

Au final, j’ai eu le divertissement que j’en attendais, mais étant très client pour ce genre de film, je ne suis pas non plus exigeant. Cela n’enlève rien au fait que c’est plutôt bien emballé. Et pour finir, j’ai apprécié le fait que ce soit tourné en Australie, ça permet de revoir des acteurs que l’on ne croise pas trop souvent et ça offre des décors un peu différents.

Réalisateurs : Michael & Peter Spierig ; Scénaristes : Bryan Furst, Sean Furst & Chris Brown.
Casting : Ethan Hawke, Willem Dafoe, Sam Neill, Isabel Lucas, Michael Dorman, Claudia Karvan, Vince Colosimo, Paul Sonkkila.