Dazed and Confused (Génération rebelle – 1993)

jeudi 02 février 2012 à 12:33

Après Slacker, Richard Linklater a fait évoluer son style en lui offrant une structure narrative concrète dans Dazed & Confused, l’histoire d’un groupe de lycéens qui célèbrent la fin de l’année scolaire – pour faire simple.

Sur une journée, le 28 mai 1976, nous allons donc suivre plusieurs adolescents qui terminent les cours et se préparent à faire la fête. Du quaterback à l’intello en passant par les futurs élèves qui se font déjà bizuter, Dazed & Confused est plutôt exhaustif. Tout ce petit monde se croise, se recroise, se réunit et se sépare en continu jusqu’à l’aube, le tout avec légèreté, puisque c’est une comédie.

Le style de Linklater offre ici une fluidité bienvenue à un récit qui sert surtout à tracer le portrait d’une jeunesse en pleine transition entre deux époques. Avec certains personnages, on s’approche du coming of age movie, la soirée les poussant à questionner leur avenir, étant donné qu’ils atteignent l’âge auquel ils se doivent d’y réfléchir ; pour d’autres, il est avant tout question de rigoler.

Le personnage de Jason London, Randall « Pink » Floyd, se retrouve au carrefour de tout ce qui se produit dans le film. Il traine avec tout le monde, mais en tant que star quaterback de l’équipe du lycée, on lui demande de rejeter une partie de ses amis qui ne sont pas considérés comme suffisamment bien selon les standards de l’équipe. Il refuse qu’on lui dise quoi penser et, en nous entrainant d’un groupe à un autre, il cherche à décider s’il doit accepter de se laisser contrôler ou s’il doit risquer de perdre sa position dans l’équipe pour garder sa liberté.

Il est d’ailleurs pas mal question de rapports de force dans le film, tout particulièrement avec le bizutage traditionnel des freshmen que certains seniors prennent énormément à cœur (dans le genre, Ben Affleck est déchainé).

À côté, il y a des personnages comme Slater, le stoner par définition, ou Darla, la cheerleader par définition, qui sont là pour représenter des archétypes avec lesquels tout le monde cohabite – pour le meilleur ou le pire.

En tout cas, la virée est plaisante et colorée, ne se noyant pas dans la nostalgie, mais n’en étant pas pour autant dépourvue. De plus, l’un des avantages des films de cette époque (d’avant et même d’un peu après), c’est qu’il n’y a pas une recherche visuelle abusive pour tenter de représenter un temps passé. L’excellente soundtrack fait une bonne partie du travail de toute façon, ce qui me rappelle une fois de plus que la musique était plus à mon gout à cette époque – je suis né trop tard.

Au final, Dazed & Confused est un film des plus sympathiques qui, en plus d’offrir une histoire simple, mais pertinente à un certain degré, rassemble un casting de jeunes acteurs prometteurs qui ont fait leur chemin depuis, ce qui fait de ce long métrage un objet de curiosité un peu à part.

Réalisateur & Scénariste : Richard Linklater.
Casting : Jason London, Wiley Wiggins, Rory Cochrane, Sasha Jenson, Michelle Burke, Christine Harnos, Adam Goldberg, Anthony Rapp, Matthew McConaughey, Marissa Ribisi, Jason O. Smith, Shawn Andrews, Cole Hauser, Milla Jovovich, Joey Lauren Adams, Christin Hinojosa, Ben Affleck, Parker Posey, Deena Martin, Nicky Katt, Esteban Powell.