End of Watch (2012)

lundi 19 novembre 2012 à 13:00

David Ayer aime faire des films qui parlent de la police et surtout, qui prennent place dans le quartier South Central à Los Angeles.  Avec End of Watch, il cherche donc à renvoyer une image réaliste des policiers en patrouille dans une zone où le danger est omniprésent.

Sur différents plans, le film fonctionne. Il repose avant tout sur son duo d’acteurs, Jake Gyllenhaal et Michael Pena, qui sont là pour donner corps à la relation qui est le réel propos du film. Ils roulent ensemble depuis des années, et de par la nature même de leur métier, ils sont comme des frères. Ils partagent tout, job et vie privée, et c’est de cela que parle End of Watch : de leur boulot musclé, de leur amitié sans borne, de leurs vies privées. Ils sont donc plus ou moins inséparables, et à l’aide de répliques efficaces, de moments justes et de scènes d’actions mouvementées, Ayer  nous plonge donc dans le quotidien de ces deux flics honnêtes et passionnés par leur travail.

Pour soutenir son propos, il a décidé d’opter pour un style documentaire. Cela est même totalement intégré dans l’histoire, avec le personnage incarné par Gyllenhaal qui réalise un docu pour une classe qu’il suit. Ayer semble avoir alors voulu justifier ses décisions artistiques par ce procédé, mais cela semble presque être un artifice inutile. Y avait-il une réelle nécessité à intégrer cela dans l’histoire ? Il pouvait filmer ainsi sans avoir besoin de s’expliquer, surtout que, qu’importe les excuses, cela n’aidera pas les plus sensibles aux mouvements de caméra à passer outre.

Pour des raisons narratives assez évidentes, les deux flics de End of Watch accumule les situations dangereuses et violentes – fusillades, courses poursuite, sauvetages dans un incendie – pour accentuer la tension et les risques, avant que l’histoire ne plonge dans son troisième acte où ils deviennent la cible du cartel. Il n’y a pas de twists ou de retournements de situations imprévues, et en fait, le film délivre une histoire qui se révèle bien trop classique. Cela crée d’ailleurs quelques moments de lenteurs.

Ayer entraine le spectateur dans cet univers, certes dangereux et palpable, mais sans vraiment y apporter quelque chose de neuf. End of Watch, dont les enjeux ne sont que le boulot au jour le jour pendant la plus grosse partie, fait son effet grâce à une vision artistique solide et les performances de ses deux acteurs principaux qui donnent vraiment vie à l’ensemble.


Réalisateur et scénariste : David Ayer.
Casting : Jake Gyllenhaal, Michael Pena, Anna Kendrick, America Ferrera, Natalie Martinez, Cody Horn, Frank Grillo, David Harbour, Candace Smith.