Fight Club (1999)

dimanche 16 janvier 2011 à 0:02

Notre exploration du Top 250 Imdb m’encourage à mettre le Blu-Ray de Fight Club dans le lecteur, quelque chose que j’aurais dû faire depuis quelque temps déjà, de toute façon.

Fight Club est un film majeur, certains disent que c’est le film d’une génération. À la vérité, j’aurais tendance à croire que c’est avant tout le film incompris d’une génération, plus qu’autre chose.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, cela parle d’un gars qui est prisonnier d’une vie solitaire au milieu d’une société où le consumérisme n’a fait que le ronger au point que le manque de contact humain réel l’empêche de dormir, l’enfermant lentement dans un état de déchéance caractérisée. Un jour il rencontre un homme, Tyler Durden, qui va le libérer de la prison qu’il s’est lui-même grassement payée. Mais s’il parvient à retrouver un sens de l’identité et de la liberté qu’il communique à toujours plus de monde, Tyler l’entraine toujours plus loin pour ne jamais lui laisser l’opportunité de retomber dans le confort d’une vie faite de dépendances.

Ici, le contact humain se trouve d’abord dans la misère avant d’être délivré à coups de poing – littéralement. Mais au milieu de tout ça, il y a Marla, celle qui vient juste tout ruiner. Elle est l’électron libre qui perturbe notre homme quand tout va toujours si bien pour lui, comme si, malgré ses excentricités, elle était un lien vers la réalité qui venait briser la vision extrême que Tyler tente de forcer en lui.

L’histoire est pertinente, offrant un regard d’une triste véracité sur la société dans laquelle nous vivons – même plus de 10 ans après. Le trio formé par Edward Norton, Brad Pitt, et Helena Bonham Carter lui donne alors vie avec authenticité, mais c’est la réalisation énergique et purement inspirée de David Fincher qui va lui apporter la force nécessaire pour être plus qu’un beau discours.

Fortement marqué et marquant sur un plan iconographique, Fight Club est un film qui laisse des traces et qui ne peut pas laisser indifférent. Cela dit, comme beaucoup de films dotés d’une telle audace, sa plastique et ses dialogues sont ce qui survit le plus dans la mémoire collective. Dire que la forme dépasse le fond serait un peu exagéré, mais il est indéniable que les prestations de Norton et Pitt captivent et bénéficient d’une telle orchestration que l’on peut se surprendre à juste contempler à défaut de véritablement écouter.

Bref, Fight Club est une œuvre intelligente et mise en forme de main de maitre. C’est en tout cas un film qui me parle et qui me surprend toujours parce qu’il va droit dans le mur, mais parvient à l’éviter grâce à une construction habile de son histoire et de ses personnages.

Réalisateur : David Fincher. Scénariste : Jim Uhls, d’après le roman de Chuck Palahniuk.
Casting : Edward Norton, Brad Pitt, Helena Bonham Carter, Meat Loaf, Jared Leto.