Matchstick Men (Les Associés – 2003)

dimanche 01 août 2010 à 23:23

Résumé : Deux professionnels de l’arnaque à la petite semaine – Roy, le vétéran du tandem, et Franck, son jeune et ambitieux émule – fourguent à des coûts prohibitifs des « systèmes de filtrage d’eau » bas de gamme, assortis de lots alléchants : voitures, bijoux ou croisières tropicales, que leurs victimes ne collecteront bien sûr jamais. Ces opérations sont juteuses, mais la vie privée de Roy est moins reluisante. Agoraphobe et sujet à des tics obsessionnels compulsifs, il consulte un psy pour continuer à fonctionner. C’est alors qu’il découvre qu’il a une fille – une enfant dont il soupçonnait l’existence, mais qu’il n’avait jamais cherché à rencontrer. L’arrivée impromptue de Angela, 14 ans, bouleverse les routines névrotiques de Roy, mais passé le choc initial, celui-ci commence à prendre goût à sa tardive paternité…

Cela faisait un moment que j’avais envie de revoir le film, alors je me suis enfin décidé. Je l’avais visionné à l’époque sur France 3, si mes souvenirs sont bon, et j’avais beaucoup aimé.

Le second visionnage fonctionne légèrement moins bien. Ce n’est par parce que cela fait maintenant quelques années que je l’ai vu que j’ai oublié ce qui se passait dedans. Disons que « l’arnaque » une fois connue est moins efficace. Je ne l’avais pas vu venir la première fois, et c’est plutôt bien emballé, il faut le dire.

Enfin pour le coup, si j’aime bien les films d’arnaques, il faut avouer que ce n’est pas un genre que je revois souvent, tout particulièrement quand ils sont basés sur leur coup. Une fois qu’on connais le truc, ce n’est plus pareil.

La force de Matchstick Men c’est clairement le fait que le film va au-delà de cela, en utilisant l’univers dans lequel évolue un excellent Nicolas Cage pour mettre en avant ses tics et son évolution. L’histoire le fait réellement progresser, ce qui fait que le film possèdera toujours cette valeur humaine, qui dépasse le simple film avec un coup. Il y a donc plus, et il y avait quand même pas mal de détails dont je ne me rappelais plus qui sont toujours sympathique à redécouvrir.

Bref, j’avais été agréablement surprise la première fois, et le film reste toujours de bon calibre pour un second visionnage.

Réalisateur : Ridley Scott; Scénaristes : Eric Garcia, Nicholas Griffin & Ted Griffin.
Casting : Nicolas Cage, Sam Rockwell, Alison Lohman, Bruce Altman, Bruce McGill, Jenny O’Hara, Steve Eastin, Beth Grant, Sheila Kelley.