First Blood (Rambo – 1982)

mardi 13 juillet 2010 à 23:11

Résumé : John Rambo est un héros de la Guerre du Vietnam errant de ville en ville à la recherche de ses anciens compagnons d’armes. Alors qu’il s’apprête à traverser une petite ville pour s’y restaurer, le Shérif Will Teasle l’arrête pour vagabondage. Emprisonné et maltraité par des policiers abusifs, Rambo devient fou furieux et s’enfuit dans les bois après avoir blessé de nombreux agents. Traqué comme une bête, l’ex-soldat est contraint de tuer un policier en légitime défense. Dès lors, la police locale et la garde nationale déploient des moyens considérables pour retrouver le fugitif.

Film d’une autre époque, First Blood nous emmène dans une traque à l’homme fortement mouvementé pour illustrer les dégâts de la guerre du Vietnam sur un héros de la Guerre.

Le film est assez court, ce qui fait que les choses vont assez vite et qu’il y a des personnages qui sont là juste pour prendre des coups. Disons que les forces de l’ordre ne sont pas très bien représentés dans ce film, car il n’y en a peu qui réfléchissent. Les raisons qui poussent Will Teasle à arrêter John Rambo sont clairement discriminatoires, juste parce qu’en le voyant, il ne l’a pas aimé. Je ne sais pas trop si cela est censé représenté l’esprit de l’époque, mais c’est franchement limite. S’il l’avait traversé la ville, rien n’aurait eu lieu. Au lieu de cela, il finit par l’arrêter et des officiers vont abuser de leurs autorités, menant au pétage de plombs de Rambo.

A côté de Rambo, il y a donc principalement le sheriff Teasle, qui est un homme extrêmement borné mais pas inintéressant, puis le supérieur de Rambo, le colonel Trautman, qui permet de mettre plus de complexité dans le film. Bef, j’ai bien aimé le trio, je l’ai trouvé extrêmement solide et bien orchestré.

A côté de cela, il faut reconnaitre que si les scènes d’actions sont encore bien efficaces, le déroulement est plutôt prévisible. Cela reste quand même bien prenant par moment.

En bout de route, First Blood en dit beaucoup plus qu’il ne peut paraitre aux premiers abords, et c’est clairement là qu’il trouve sa force, car c’est habilement mis en scène. J’ai vaguement l’impression qu’avec le temps – et les guerres – le film a un peu perdu de sa notoriété, et c’est dommage car le résultat est encore bien convaincant.

Réalisateur : Ted Kotcheff; scénaristes : Michael Kozoll, William Sackheim, Sylvester Stallone (d’après le roman de David Morrell)
Casting : Sylvester Stallone, Richard Crenna, Brian Dennehy, Bill McKinney, Jack Starrett, Michael Talbott, Chris Mulkey , John McLiam, Alf Humphreys, David Caruso, David Crowley, Don MacKay