Gentlemen Broncos (2009)

jeudi 18 février 2010 à 22:39

Résumé : Benjamin écrit des histoires de SF-Fantasy depuis qu’il est tout jeune. Un jour, à un camp d’écriture, il soumet sa dernière création à un concours. L’un des juges et un héros de Benjamin, Ronald Chevalier va alors le plagier.

Ce film a plusieurs bonnes choses pour lui : Sam Rockwell, carry on my wayward son, Jemaine Clement et quelques bonnes idées. Malheureusement, combiné avec tout le reste, cela reste bien maigre pour réussir à compenser tout ce qui ne va pas.

Déjà, on retrouve un peu l’ambiance de Napoleon Dynamite, mais sans PedroLonnie ne lui arrivant pas à la cheville – cela devient vite pénible. Ensuite, l’histoire du plagiat n’est découverte qu’au 4/5ème du film, avant cela on a le droit d’assister au massacre de l’histoire par ce pseudo-cinéaste peu inspiré de Lonnie, surtout qu’à la base, elle n’était pas terrible.

Le personnage de Michael Angarano semble peu satisfait d’être là pendant 95% du métrage et on le comprend, je ne sais pas si je pourrais moi-même vivre dans sa vie sans être neurasthénique.

Gentlemen Broncos avait de bonnes bases, mais manque cruellement de fraicheur et d’énergie. Avec son héros à la traine qui ne fait que subir et subir pendant que l’on détruit devant ses yeux ses rêves, avec une grosse dose de beaufitude… C’est lourd et pas franchement passionnant.

Bref, j’étais parti avec l’idée que j’allais passer un bon moment et ce fut un peu trop pénible. Il y avait des idées, mais tout est trop forcé dans la mauvaise direction et les délires sont aussi lourdingues que répétitifs, ce qui nuit à l’humour.

Bon, j’arrête là. Grosse déception et j’ai vraiment l’impression que Jared Hess n’arrivera jamais à égaler Napoleo Dynamite, et je ne considère même pas ce film comme aussi bon que certains.

Réalisateur : Jared Hess ; Scénaristes : Jared Hess & Jerusha Hess.
Casting : Michael Angarano, Jennifer Coolidge, Jemaine Clement, Mike White, Sam Rockwell, Josh Pais, Suzanne May.