Hatchi (2009)

mardi 19 octobre 2010 à 23:14

Résumé : Pour Parker, professeur de musique à l’université, l’arrivée du chien Hatchi dans la famille fut un heureux événement. L’animal prit sa place auprès de chacun, mais c’est avec Parker qu’il passait le plus de temps. Chaque matin, le chien accompagnait son maître à la gare où il prenait son train, et chaque soir, l’animal venait l’y attendre. Cet attendrissant rituel rythmait la vie de tous ceux qui en étaient témoins… jusqu’au jour tragique où Parker ne revint pas. Hatchi continua à l’attendre. Il l’attendit chaque jour, jusqu’à la fin. À force de fidélité et de patience, l’animal devint non seulement une légende, mais il bouleversa tous ceux qui connurent son histoire.

Je remercie beaucoup Cinetrafic, fournisseur officiel du DVD. Pour cette raison, vous avez le droit à plus qu’un avis sur le film, mais aussi à un avis sur les bonus.

Le film

Hatchi reprend l’histoire vraie d’Hachikō, un chien qui continua à attendre le retour de son maitre à la gare de Tokyo, même après sa mort.

Je n’avais pas entendu parler du film avant qu’une amie ne me l’évoque, et ayant un penchant pour les histoires de toutous et les histoires vraies, j’avais retenu le nom du film. Celui-ci nous offre une histoire très simple et familiale, jouant sur les liens hommes-animaux. Le début s’axe d’ailleurs principalement sur l’aspect attendrissant que suscite le chiot, vu qu’il est fortement difficile de ne pas tomber sous le charme de cette boule de poils qui va donner un beau chien.

Cela se suit sans trop de déplaisir, bien qu’il manque une certaine profondeur aux évènements. En fait, l’histoire suivant le quotidien ordinaire de Parker et de son chien Hatchi, difficile d’offrir une dimension plus importante à l’ensemble. C’est donc mignon et gentil, et clairement inoffensif. Voilà ce qui en ressort pendant une partie du métrage, avant que la tragédie ne vienne frapper la famille et fasse plonger Hatchi dans le drame à chaudes larmes. Malgré cela, il apparait que le film ne cherche pas à provoquer les pleurs, mais juste à continuer son histoire, qui se montre juste touchante. Hatchi parvient grâce à cela à sortir de sa banalité, pour permettre à l’histoire de prendre une dimension qu’elle n’aurait jamais pu avoir sans cela.

Hatchi est un peu trop conventionnel dans sa mise en forme, mais le rapport entre le chien Atika et son maitre parvient  à s’imposer pour peu qu’on soit un peu sensible à ce genre de chose et finit par donner le jour à un drame émouvant.

Réalisateur : Lasse Hallström ; Scénariste : Stephen P. Lindsey.
Casting :
Richard Gere, Joan Allen, Cary-Hiroyuki Tagawa, Sarah Roemer, Jason Alexander, Erick Avari.

Le DVD


Technique – J’ai trop pleuré, je ne m’en rappelle plus ! Plus sérieusement, il n’y a pas grand chose à redire sur l’image, se montrant sobre et douce, comme le veut aussi la musique, bien que celle-ci m’a paru occasionnellement un peu trop omniprésente. Je pense que c’est aussi dû à un côté un peu répétitif de la mélodie, plus qu’à un aspect technique.

Les bonus – On y trouve des bandes-annonces, autour desquelles il n’y a donc rien à dire de particulier, ainsi qu’un making of. Ce dernier, une fois qu’on passe les discours marketing, ne se montre pas inintéressant, tout particulièrement quand il aborde la question du chien -ou plutôt des, vu qu’il y en a eu 3 pour Hachi adulte. Il est dommage que l’histoire vraie soit simplement évoquée, ni même que la transposition du récit à l’américaine ne soit pas réellement abordée. Il y avait sûrement quelques points qui méritaient d’être fouillés, le making of démontrant finalement avant tout l’attachement nourri par les personnes impliquées dans le projet envers l’histoire.

Merci à notre partenaire Cinetrafic et  au distributeur Metropolitan FilmExport.
Un homme et son chien
Fiche Hatchi