Hitchcock (2012)

jeudi 07 février 2013 à 10:24

Hitchcock (2012)

Alfred Hitchcock a refait parler de lui récemment, ce qui tombe bien, car j’ai entrepris il y a quelques mois une rétrospective de ses films. D’accord, la coïncidence ne satisfait que moi, mais cela offre un contexte adéquat pour aborder ce film biographique qui se propose de couvrir la période de la vie du réalisateur correspondant au développement et à la réalisation d’un de ses chefs-d’œuvre, Psycho. Avec un sujet pareil, il est difficile pour n’importe quel amateur de cinéma de ne pas être curieux.

Hitchcock commence donc avec la sortie de North by Northwest et la grande question qui se posait à l’époque : quel sera le prochain film du prolifique Alfred Hitchcock ? Alors qu’on lui fait remarquer qu’il se fait vieux et que les journaux sont déjà partis à la recherche de son successeur, le réalisateur veut expérimenter, aller là où on ne l’attend pas. Il découvre alors le livre Psycho et, contre l’avis de tous, il fera tout pour en faire son nouveau projet.

Hitchcock (2012)

L’histoire derrière la création de Psycho fait partie des nombreuses légendes hollywoodiennes bien connues. L’intérêt du film pour moi était l’opportunité d’aller plus loin que ça. Étonnement, si ce Hitchcock fonctionne mieux quand le réalisateur est sur le tournage et non à se préoccuper de son mariage, on ne peut pas dire que le scénario prendra beaucoup de risques avec le sujet ou que Sacha Gervasi, le réalisateur, soit réellement captivé par cette partie de l’histoire. Au final, Psycho viendra à la vie au travers de vignettes trop courtes pour creuser quoi que ce soit, mais suffisamment longue pour maintenir les enjeux en place. Par contre, il n’y a pas la trace de développements pour les personnages secondaires, les actrices du film – Vera Miles et Janet Leigh – n’héritant que de bribes de dialogues pour tenter de faire vivre la légende Hitchcock.

Du côté du mariage entre Alfred et Alma, nous avons le droit à quelque chose de plus solide, tout particulièrement gras à l’interprétation sans faille d’Helen Mirren. Malheureusement, le sujet n’était pas véritablement palpitant et tout ce que le film semble parvenir à accomplir, c’est redonner à Alma la place qu’elle mérite dans l’Histoire.

Hitchcock (2012)

Hitchcock (2012)

Pour ce qui est d’Anthony Hopkins dans le rôle d’Alfred Hitchcock, il est assez bon. Par contre, son maquillage est une distraction dont je me serais très bien passé. De plus, il est dommage que sa prestation soit handicapée par un scénario qui, étonnement, le place occasionnellement dans un rôle d’accessoire comique. Enfin, l’illustration des obsessions malsaines d’Hitchcock pour la violence et les femmes sont quant à elles traitées de manière hasardeuse et souvent anecdotique, ce qui attaque fortement la cohésion du rôle et de l’histoire.

Bref, Hitchcock passe plus ou moins à côté de tout ce qu’il semblait pouvoir nous raconter. À croire que Sacha Gervasi ne savait pas vraiment ce il désirait mettre en avant et il trancha pour une sélection peu inspirée de passages qu’il assemble sans conviction pour donner forme à un film qui ne captive pas et qui finit par ne ressembler qu’à un gros gâchis.

Hitchcock (2012)

Réalisateur : Sacha Gervasi ; Scénariste : John J. McLaughlin.
Casting : Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, Toni Collette, Danny Huston, Jessica Biel, James D’Arcy, Michael Wincott.