Hoosiers (1986)

mardi 24 août 2010 à 23:28

Résumé : Norman Dale prend en main l’équipe de basket du lycée de la petite ville d’Hickory. Accueilli avec méfiance, cet ancien alcoolique tente de faire revenir un ex-prodige dans son équipe pour remporter le championnat de l’Indiana.

Hoosiers est un de ses classiques que je n’avais pas encore vu malgré le fait que j’en ai beaucoup entendu parler, principalement parce que c’est LA référence du film de sport.

Et ce n’est pas étonnant vu qu’il contient tous les clichés possibles. Bon, il ne faut pas voir cela négativement, car il faut juste penser que les autres n’ont fait que l’imiter pour tenter de le dépasser et, franchement, certains y sont parvenus.

Le film sportif de ce type est un genre que j’aime bien, même s’il ne laisse pas beaucoup la place à la surprise. Ici, j’ai retrouvé tout ce que j’en attendais, sauf peut-être une backstory mieux développée. De plus, le film comporte beaucoup trop de montages histoire de faire passer le championnat. J’aurais préféré passer plus de temps hors du terrain de basket pour permettre aux personnages d’être développés, car le seul qui a le droit à ça c’est le coach, forcément. Gene Hackman est d’ailleurs exactement comme on s’attend à le trouver.

Sinon, au niveau des matchs, il y a un manque de tension qui est peu dommage, mais je pense que c’est en grosse partie à cause du fait que les joueurs restent plus ou moins des inconnus du début à la fin. La plus grosse déception de ce côté est Jimmy, le génie du basket local qui ne rejoint pas l’équipe tout de suite et, quand il le fait, il se fond dans la masse, sans plus.

Bref, le film tourne court à plusieurs niveaux. Malgré ça, il possède une énergie et une atmosphère qui fait qu’il est agréable à regarder et qu’il ne provoque pas l’ennui. De plus, je trouve qu’il a ce truc typiquement américain, assez indescriptible, cette sorte de fierté communicative qui est accentuée par la réalisation qui délivre des plans peu originaux, mais étrangement efficaces.

Hoosiers souffre probablement d’être le film qui servit d’inspiration à beaucoup d’autres qui ont suivi. Cependant, même s’il a vieilli et a un scénario trop faible, il mérite quand même d’être vu.

Réalisateur : David Anspaugh ; Scénariste : Angelo Pizzo.
Casting : Gene Hackman, Barbara Hershey, Dennis Hopper, Chelcie Ross & Sheb Wooley.