Inglourious Basterds (2009)

mercredi 17 février 2010 à 20:46

Résumé : Dans la France occupée de 1940, Shosanna Dreyfus assiste à l’exécution de sa famille tombée entre les mains du colonel nazi Hans Landa. Shosanna s’échappe de justesse et s’enfuit à Paris où elle se construit une nouvelle identité en devenant exploitante d’une salle de cinéma.Quelque part ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains pour mener des actions punitives particulièrement sanglantes contre les nazis. “Les bâtards”, nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l’actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark pour tenter d’éliminer les hauts dignitaires du Troisième Reich. Leurs destins vont se jouer à l’entrée du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle…

Si jusque-là, je n’avais pas vu Inglourious Basterds, c’est avant tout, car ce film n’a suscité aucun intérêt chez moi. Je n’avais juste pas envie de le voir, si on fait abstraction de ma curiosité maladive.

Quoi qu’il en soit, j’ai toujours trouvé que Tarantino était d’une prétention parfois déconcertante (la dernière phrase du film allant dans ce sens), mais il a une qualité indéniable qu’il manque à un certain nombre de cinéastes : cela n’est pas retranscrit à l’écran. Par contre, il aime s’entendre parler, et cela, on le sent passer !

Donc, il y a meilleur moyen que commencer un film par 20 minutes de blabla qui ne semblent pas réellement nous dire où l’on va. Comprendre : pas de Basterds. Ces derniers vont vite se montrer quand même, bien que sur l’ensemble du film, leur exploitation va être véritablement trop limitée. Ce qui est fortement dommage, car les Basterds, ils sont tout simplement über bad-ass et qu’on ne les voit donc pas assez. Brad Pitt est juste génial, et son gros accent du sud l’est tout autant ! J’avoue que la première fois que j’ai vu des images du film, j’avais trouvé cela un peu risible. J’avais tort !

Donc, les Basterds vont se révéler être franchement sous exploité, dans un film qui dure quand même bien 2h30. L’action est aussi à mettre un peu au rayon des abonnés absents, ne se montrant pas souvent, le film est donc composé de beaucoup de dialogues. Beaucoup beaucoup, pour nourrir des scènes qui sont parfois interminables. Franchement, le passage avec Diane Kruger (excellente dans le film par ailleurs) et Michael Fassbender, j’ai cru qu’il ne se terminerait jamais. Une pensée qui ne m’a pas traversé l’esprit qu’une seule fois.

À cela, j’ajouterais qu’à l’exception du personnage de Christoph Waltz, les Allemands du film sont unidimensionnels, caricaturaux et exécrables (encore plus quand ils parlent français!).

Inglourious Basterds n’est donc aucunement parfait, et aurait gagné à être plus court. Malgré cela, j’ai été agréablement surprise, car bien meilleur que ce à quoi je m’attendais.

Pour terminer, vous pouvez lire la critique du film de Fabien.

Réalisateur & scénariste : Quentin Tarantino
Casting : Melanie Laurent, Brad Pitt, Christoph Waltz, Diane Kruger, Eli Roth, B.J. Novak, Michael Fassbender, Samm Levine, Mike Myers, Julie Dreyfus, Paul Rust, Maggie Cheung, Samuel L. Jackson.