John Hughes’ The Breakfast Club (1985)

mardi 27 mars 2012 à 14:38

Les films de John Hughes tendent à se résumer à la mise en scène de personnages ultra-stéréotypés qui tentent d’exister dans les limites de l’univers qu’ils représentent. Avec The Breakfast Club, le réalisateur a rapidement atteint le sommet de son art dans ce registre, car il prend 5 jeunes qui représentent chacun un cliché. Il les met ensemble et montre qu’ils sont finalement tous pareils : leurs parents sont des cons et être ado, c’est dur. Il faut reconnaitre que le message semble universel quand on est adolescent, ce qui explique très bien pourquoi une génération entière de jeunes des ‘80s adore ce film. Qui n’aimerait pas aller au cinéma passer 1h30 devant un long métrage qui dit que l’on a raison d’un bout à l’autre ?

Pour ma part, je n’ai plus 15 ans et, même à l’époque, je n’étais pas du genre à m’épancher sur la difficulté de mon existence. Ça ne veut pas dire que je n’en pensais pas moins, j’étais ado, comment serais-je passé à côté ? Malgré tout, The Breakfast Club va un peu trop loin dans l’émo à mon gout avec des passages trop forcés qui sont coincés au milieu d’autres qui sont répétitifs ou aléatoirement incohérents. L’ensemble est, par contre, très cohérent dans l’esprit jusqu’à la fin, car transformer Allison en princesse alors qu’elle était le basket case, ça ruine un peu totalement tout le reste. En tout cas, si je comprends très bien son attrait et le fait qu’il ait séduit tant de personnes, j’ai un peu dépassé l’âge auquel j’aurais très certainement pu être conquis. C’est une question de mauvais timing au final.

Next : Uncle Buck

Réalisateur & Scénariste : John Hughes.
Casting : Emilio Estevez, Molly Ringwald, Judd Nelson, Anthony Michael Hall, Ally Sheedy, John Kapelos, Paul Gleason.