Largo Winch II (2011)

mercredi 03 août 2011 à 23:57

Après Largo Winch, Largo Winch 2. Le titre a demandé beaucoup de réflexion à l’évidence. Quoi qu’il en soit, Largo est maintenant à la tête du groupe W après une scène d’introduction qui cherche à replacer le contexte et nous en mettre plein la vue. Héritier peut-être, mais pas comme son père, Largo a décidé de vendre le groupe W et de mettre ensuite l’argent dans une fondation humanitaire. À peine a t-il signé les papiers que Sharon Stone débarque pour l’accuser de crime contre l’humanité. Il est tenu responsable d’un massacre en Birmanie et elle est bien décidée à le faire chuter pour cela.

Largo doit donc découvrir la place de son père dans cette histoire et échapper plusieurs fois à la mort. Dans l’aventure, il retrouve une ancienne conquête (dont il est amoureux) et Simon qu’il avait rencontré lors de son premier séjour en Birmanie il y a trois ans de cela. La scène d’introduction du personnage est plutôt moyenne, et même si la suite se montre légèrement excessive (c’est assez régulier dans le film), j’étais contente que le personnage soit là. Gauthier vole quant à lui la vedette la plupart du temps, car il faut être honnête, Largo n’est pas un homme particulièrement expressif.

Cette suite enchaine donc les scènes d’actions et de courses poursuites pour compenser l’absence trop évidente de scénario. L’évolution de l’intrigue est en plus bourré de clichés et tout est visible à 10 kilomètres à la ronde.

Bref, Largo Winch 2 s’inscrit bien dans la lignée de Largo Winch, ce qui est quand même décevant car il aurait pu essayer de monter un peu la barre. L’avantage cette fois-ci, c’est que je savais ce que j’allais voir, donc j’ai eu approximativement ce que j’en attendais.

Réalisateur : Jérôme Salle ; scénaristes : Julien Rappeneau et Jérôme Salle
Casting : Tomer Sisley, Olivier Barthelemy, Sharon Stone, Ulrich Tukur, Mamee Napakpapha Nakprasitte, Laurent Terzieff, Nicolas Vaude, Clemens Schick, Nirut Sirichanya, Dmitry Nazarov.