Lawless (Des hommes sans loi – 2012)

samedi 24 novembre 2012 à 12:56

Dernière réalisation de John Hillcoat, Lawless nous entraine en Virginie, dans le comté de Franklin, un endroit reculé où la loi fédérale n’est pas spécialement appliquée en cette période de dépression et de prohibition que fut le début des années 30.

Le décor est vite posé, l’histoire se concentrant sur les frères Bondurant, Forrest (Tom Hardy), Howard (Jason Clarke) et Jack (Shia LaBeouf), qui sont comme beaucoup dans le coin, des moonshiners prospères. Le problème est que les temps changent et la corruption arrive en rampant dans le comté, s’attaquant à un style de vie risqué, mais sous contrôle.

On a ainsi droit à un film de gangsters un peu à part, puisque c’est avant tout une histoire de famille et la loi n’est pas réellement représentée, car ceux qui sont censés la faire respecter sont également ceux qui régissent ses transgressions. Ici, il n’est pas question de morale, mais de force. Une approche qui est mise en valeur par le point de vue de Jack, le cadet des Bondurant qui est aussi le plus faible, mais qui est également celui qui rêve de devenir quelqu’un. Il insuffle au long métrage un air de déjà vu que Forrest attaque en s’imposant comme une force tranquille qui transpire la violence.

Contrairement à la réalisation de Hillcoat qui se révèle parfois classique, mais qui ne manque jamais de délivrer de belles images, tout est plus ou moins bancal à un niveau ou un autre dans l’histoire que raconte Lawless. Un manque d’ambition handicapant est caractérisé par différentes intrigues qui s’entremêlent sans jamais totalement aboutir à quelque chose de réellement majeur.

Le souci est qu’en fin de compte, il ne s’agit que d’une tranche de vie dont les ramifications ne sont pas utilisées pour parler de quelque chose de plus complexe. À la place, tout est à prendre au premier degré et les développements réduits de la majorité des protagonistes fait que même à ce niveau, ça ne décolle jamais sérieusement. Jack est le seul qui est véritablement construit, tandis que Forrest est rapidement cantonné à n’apparaitre que comme étant l’illustration de sa légende et qu’Howard se contente d’être là au bon moment. On peut oublier les rôles féminins — Jessica Chastain et Mia Wasikowska — qui sont injustement relégués à l’état d’accessoires, et c’est à peine mieux pour le méchant numéro 1 du film qui n’a pour lui que le fait d’être interprété par Guy Pearce. Ce dernier parvient à s’imposer avec le peu qu’on lui donne, ce qui est plus que pour d’autres comme Gary Oldman dont les 3 scènes dans le film frôlent l’anecdotique.

Lawless s’en tire tout de même de manière convenable grâce à un casting qui porte le film à bout de bras, aidé par un réalisateur qui est plus intéressé par les mettre en images que par raconter l’histoire de leurs personnages. Le problème est surtout qu’on pouvait en espérer tellement plus.

Réalisateur : John Hillcoat ; Scénariste : Nick Cave.
Casting : Shia LaBeouf, Tom Hardy, Jason Clarke, Guy Pearce, Jessica Chastain, Mia Wasikowska, Dane DeHaan, Chris McGarry, Tim Tolin, Gary Oldman, Lew Temple, Marcus Hester, Bill Camp, Alex Van, Noah Taylor.