ハウルの動く城 (Le Château ambulant – 2004)

vendredi 02 juillet 2010 à 23:57

Résumé : La jeune Sophie, âgée de 18 ans, travaille sans relâche dans la boutique de chapelier que tenait son père avant de mourir. Lors de l’une de ses rares sorties en ville, elle fait la connaissance de Hauru le Magicien. Celui-ci est extrêmement séduisant, mais n’a pas beaucoup de caractère… Se méprenant sur leur relation, une sorcière jette un épouvantable sort sur Sophie et la transforme en vieille femme de 90 ans. Accablée, Sophie s’enfuit et erre dans les terres désolées. Par hasard, elle pénètre dans le Château Ambulant de Hauru et, cachant sa véritable identité, s’y fait engager comme femme de ménage. Cette  » vieille dame  » aussi mystérieuse que dynamique va bientôt redonner une nouvelle vie à l’ancienne demeure.

Commençons par le commencement : c’est mon premier Hayao Miyazaki. Je n’en ai pas vu d’autres avant, et je ne suis pas, après visionnage, convaincue que Le château ambulant fut  très judicieux pour débuter. Pas que le film soit mauvais, loin de là, mais il ne m’a pas suffisamment enthousiasmé pour me pousser vers d’autres de ses films (ce que je ferais quand même). Enfin, j’avais choisi celui-là comme cela, sachant très bien que d’autres étaient plus réputés, donc je ne peux m’en prendre qu’à moi.

Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé qu’il y avait énormément d’inventivité et pas mal de poésies, mais que cela manquait de développement et d’approfondissement pour certains personnages. En fait, certains sont un peu trop uni-dimensionnels et c’est par moment difficile de toujours adhérer à ce qui les relient. Il y a beaucoup de choses, beaucoup d’idées, et une histoire qui est trop riche pour son propre bien, ce qui fait que parfois, on a l’impression de simplement effleurer un élément qui mériterait d’être mieux exploité.Bref, l’histoire prend des tournants, étirant le film.

Enfin, mon plus gros problème est clairement d’avoir eu des difficultés à adhérer à la relation entre Sophie et Hauru.

Au final, le film se laisse suivre et possède ses moments, mais il n’est pas inoubliable.

Réalisateur et scénariste : Hayao Miyazaki
Avec les voix de : Chieko Baishō, Takuya Kimura, Akihiro Miwa, Tatsuya Gashūin, Ryūnosuke Kamiki