Les Incontournables : The Prestige (2006)

mercredi 07 novembre 2012 à 16:07

Entre les deux premiers Batman, Christopher Nolan va délivrer The Prestige, une adaptation du roman de Christopher Priest qui raconte la dangereuse rivalité entre deux magiciens à Londres à la fin du XIXe siècle.

Le réalisateur retrouve ainsi Christian Bale (ainsi que Michael Caine) et s’associe pour la première fois avec Hugh Jackman. Vu la façon dont le réalisateur a de retravailler avec les mêmes acteurs, j’espère qu’il engagera de nouveau Jackman dans un de ses films – mais ça, seul l’avenir me le dira.

En attendant, si quasiment toute la filmographie de Nolan pourrait se trouver dans les Incontournables, The Prestige est mon préféré. Il a certes par la suite évolué techniquement (ce qui est assez logique), mais cela tient avant tout des thématiques de l’œuvre, je me retrouve plus dans une réflexion sur le sacrifice au nom de l’art – que dans que dans celle sur ce que cela signifie d’être un héros.

The Prestige est un film que je ne me lasse pas de voir, car plus on en sait, plus l’histoire et les personnages semblent révéler leurs secrets. La première fois, il y a forcément « le tour de magie » qui occupe les devants. Mais, une fois que l’on connait la fin, les choses changent. Dans mon cas, je fais partie de ceux qui avaient deviné pour Hugh Jackman, mais pas pour Christian Bale, ce qui fait que j’avais été un peu agacée par une sorte de faux non-dit.  Une fois cela de connu, le personnage de Jackman peut réellement se révéler fascinant.

Les deux acteurs incarnent donc deux magiciens aux conceptions artistiques différentes. Ils sont tous les deux consumé par leur métier, leur passion, mais pas pour les mêmes raisons. Vu la façon qu’à Bale de s’imprégner de ces rôles, il était plus ou moins fait pour incarner le personnage et il est particulièrement excellent à créer une ambigüité qui légitime le fait que son entourage ne se rende pas totalement compte de la vérité. Je dois quand même admettre que plus je vois The Prestige et plus je trouve que Jackman est encore plus impressionnant.

Le tour de force de Nolan est de faire du film en lui-même, dans sa construction narrative, un véritable tour de magie qui fait écho continuellement aux choix de ses personnages. En tout cas, je ne sais pas combien de visionnages plus tard, je suis encore à décortiquer l’œuvre et à percer ses mystères. Si ça, ce n’est pas le signe que c’est un grand film, je ne sais pas ce que c’est.