Live Free or Die Hard (2007)

samedi 01 janvier 2011 à 23:16

Me voilà arrivé au bout de la quadrilogie Die Hard avec ce film datant déjà de 2007. Le temps passe vite. À l’époque de sa sortie, je n’étais pas très optimiste et ce fut donc une bonne surprise de constater qu’il y a derrière cette renaissance de la franchise une véritable volonté d’en conserver l’âme. Certes, le scénario émule beaucoup trop les précédents, mais jouer la sécurité sur ce point était peut-être préférable à innover dans le mauvais sens.

Quoi qu’il en soit, nous avons McClane qui se retrouve à protéger un hacker geignard qui est propulsé malgré lui au cœur d’une massive conspiration qui entre en action de façon phénoménale. Dans ce sens, le film renoue avec l’approche du troisième opus, mais dépasse très largement les frontières de New York, nous emmenant jusqu’à Washington. Il faut dire que notre méchant voit large et surpasse les ambitions de Simon Gruber sur ce point. Par contre, Timothy Olyphant n’a pas vraiment la stature de Jeremy Irons. C’est une triste vérité, l’acteur est excellent dans Deadwood et Justified, mais mettez-le sur grand écran et il montre sans plus attendre ses limites, à croire que ça l’intimide. Qu’il reste sur le petit écran, il y est très bien.

Pour revenir à l’histoire, Bruce Willis se retrouve donc associé à Justin Long. Je ne me souvenais pas qu’il devenait à ce point agaçant par moment, surtout quand l’action se calme et qu’il se retrouve à pleurnicher. Cela dit, il a son utilité, car il sert de passerelle à McClane et à nous, spectateurs, décryptant le plan du méchant au fur et à mesure. Il doit aussi nous faire comprendre l’énormité de tout ce qui se passe, mais ça fonctionne moins bien, car cette partie de l’histoire est justement un peu trop over the top, moins que le coup de l’avion de chasse à la fin, mais pas loin.

Au final, on peut constater quand même que McClane n’est plus le même aujourd’hui. Certes, il y a toujours chez lui la ténacité qui le poussait à se battre jusqu’au bout, mais son interprète est légèrement monolithique par moment et cela joue contre lui. Il était autrefois relativement faillible et rapidement dépassé, là, il ne s’arrête même pas pour respirer, il se relève et poursuit le combat, résigné à l’idée qu’il n’y a que lui de disponible pour le faire de toute façon.

Live Free or Die Hard reste un divertissement de bonne facture, rassemblant les pièces nécessaires pour nous offrir du Die Hard convenable et pour perpétuer la franchise sans trop de dommages. Par contre, il est très perfectible et j’espère que si la suite finit par se faire, elle corrigera un peu le tir.

Réalisateur : Len Wiseman ; Scénariste : Mark Bomback.
Casting : Bruce Willis, Justin Long, Timothy Olyphant, Maggie Q, Mary Elizabeth Winstead, Kevin Smith, Cliff Curtis, Jonathan Sadowski, Cyril Raffaelli, Zeljko Ivanek.