Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra – 2013)

lundi 16 septembre 2013 à 10:09

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra – 2013)

Jugé trop gay par les studios, Behind The Candelabra a vu le jour grâce à HBO et a tout de même trouvé sa route vers le grand écran, en Europe, sans aucun doute grâce à Michael Douglas et Matt Damon.

Le film réalisé par Steven Soderbergh – dont il s’agirait par ailleurs de la dernière réalisation – met en scène le pianiste Liberace, figure quasiment inconnu chez nous, mais véritable icône du kitsch aux États-Unis. Le musicien était au sommet de sa carrière durant les années 50 et 70 grâce aux mamans et grand-mères, à un talent incontestable et un sens du divertissement orienté sur sa personne.

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra – 2013)

C’est donc toute une histoire à découvrir, cependant Soderbergh n’est pas là pour délivrer une classique biopic sur le musicien, il va se centrer sur une période particulière de son existence en adaptant le roman de Scott Thorson, qui aura entretenu une relation avec Liberace durant plusieurs années, alors que ce dernier aura toute sa vie démenti son homosexualité.

C’est donc à l’aide de Scott, interprété par Matt Damon, que l’on pénètre dans l’univers de cet artiste kitsch et égocentrique pour finalement assister à une histoire d’amour complexe, où se mélange une sincérité indiscutable à un besoin de contrôle malsain. Il faut dire que quand Scott rencontre Liberace, il n’a que 17 ans et il fait face à un homme magnétique de presque 60 ans qui va alors l’emporter dans un monde de paillettes, très loin de la vie qu’il connaissait jusque-là.

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra – 2013)

Scott se présente à un certain niveau comme une sorte de victime, accentuée par une fragilité qui ressort du jeu de Matt Damon, nous rappelant habilement le jeune âge de Scott et le fait qu’il soit si aisément influençable. Le sentiment est accentué par la tournure des évènements, Liberace exerçant un contrôle sur son jeune amant, décidé à jouer tous les rôles, illustration de son besoin d’avoir la main mise sur l’homme qui partage son quotidien. Cela nous entraine sur des routes qui sont psychologiquement douteuses, avec la chirurgie esthétique pour que Scott soit un peu plus à son image ou simplement l’adoption pour qu’il devienne son fils.

Autant dire qu’il y a de quoi soulever des questions, cependant Soderbergh approche le sujet avec un tel naturel que les raisonnements développés prennent leur sens, évitant tous les pièges qui auraient fait tomber le film dans l’absurde ou la caricature. Qui plus est, l’époque, la mentalité de Liberace, la conduite de Scott nous entrainent dans un récit qui donne vie à une relation aussi complexe qu’honnête, avec des moments d’intimité juste et des engueulades réalistes. Aucun doute ou presque n’est possible sur le fait que les deux hommes avaient de véritables sentiments l’un pour l’autre.

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra – 2013)

De ce fait, Scott qui pouvait être perçu comme une sorte de victime au départ finit par choisir lui-même de conserver cette position et de se complaire dans un style de vie qui va aller jusqu’à le consumer. Si c’est Liberace – et Michael Douglas – qui porte la tenue brillante dans le film, c’est Matt Damon qui envoûte presque, donnant vie à une figure fragile et terriblement humaine, étant déjà clairement endommagé psychologiquement par son enfance et qui trouvera une forme d’amour qu’il n’avait jamais connue auprès de Liberace.

Le titre français parait clairement approprié, car si Michael Douglas est excellent d’un bout à l’autre, donnant vie à un homme haut en couleur avec une retenue impressionnant malgré les excès qui allaient avec la personnalité, il reste à sa façon une forme de mystère, ce dernier ayant fait tout ce qu’il pouvait pour maintenir les apparences et le mythe. Aux côtés des deux acteurs principaux, nous avons aussi Scott Bakula et surtout Rob Lowe qui viennent les assister avec brio.

Behind the Candelabra est donc un film qui entraine dans l’univers pailleté d’un homme à la personnalité écrasante, décidé à vivre pleinement et à laisser son empreinte sur un monde selon ses règles. Scott fut donc à un moment le témoin privilégié, apportant son regard sur une tranche de la vie de Liberace et Soderbergh nous l’illustre avec une classe indiscutable.

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra – 2013)

Réalisateur : Steven Soderbergh ; scénariste : Richard LaGravenese
Casting : Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd, Rob Lowe, Debbie Reynolds, Scott Bakula, Tom Papa, Nicky Katt, Cheyenne Jackson, Paul Reiser, Boyd Holbrook.