MacGruber (2010)

mardi 12 octobre 2010 à 22:56

Résumé : Dix ans après la mort de sa fiancée, l’ancien Ranger MacGruber a juré de combattre le crime. Le gouvernement l’appelle à la rescousse pour déjouer les plans du diabolique Dieter Von Cunth, nouvellement détenteur d’une arme nucléaire. MacGruber s’associe alors à Dixon Piper et Vicky St Elmo pour mettre fin à ses agissements.

MacGruber est un film du genre volontairement con et comme beaucoup d’autres avant lui, il est véritablement con. Ça ne veut pas dire qu’il réussit à délivrer toute sa stupidité dans une pure explosion de délire.

Et c’est un peu dommage, car le point de départ et les gens impliqués dans ce projet laissaient espérer le meilleur. Ce n’est pas le cas, car même si le film possède des moments d’excellence dans le maniement de sa connerie, il n’arrive pas à maintenir le niveau d’un bout à l’autre.

Le résultat est donc plutôt inconsistant. Par moment c’est excellent, mais quelques minutes plus tard, on nous répète le même gag qui n’a alors plus d’effet, sans parler de ceux qui tombent à plat dès le départ ou de ceux qui sont juste trop mauvais pour ressembler à une tentative de quoi que ce soit.

J’ai quand même explosé de rire à plusieurs reprises, mais le scénario qui joue avec l’ultra parodie des ‘80s (pour ne pas faire trop original) souffre de l’absence totale d’un contrôle du rythme, en particulier durant la première moitié qui réussit autant à ennuyer qu’à divertir, le changement s’opérant d’une minute à l’autre, c’est vite lassant.

Bref, c’est quand même sympathique et il y a quelques bonnes idées qui sont vraiment bien trouvées, mais on pourrait presque extirper les meilleurs moments et en faire une série de sketchs, ça serait aussi efficace, plus rapide et bien plus plaisant à regarder.

Réalisateur : Jorma Taccone ; Scénaristes : Will Forte, John Solomon, & Jorma Taccone.
Casting : Will Forte, Ryan Phillippe, Kristen Wiig, Val Kilmer, Powers Boothe, Maya Rudolph, Rhys Coiro, Andy Mackenzie, Chris Jericho, Paul Wight, Glenn Jacobs, Dalip Singh, Antonio Banks.