Middle Men (2010)

lundi 31 janvier 2011 à 23:00

En plus de The Social Network qui nous raconta l’histoire de Facebook, 2010 nous a également donné Middle Men qui nous raconte une révolution encore plus grande puisqu’elle donna forme à l’internet, c’est celle de la création du paiement en ligne qui ouvrit les portes du web à la pornographie.

C’est une histoire avec deux abrutis, dont l’un était un génie et l’autre un accro au porno, mais ils étaient deux bons idiots qui consommaient trop de drogue. Il y a également la mafia russe, un avocat véreux, des pornstars, un peu de FBI, et c’est basé sur une histoire vraie, celle de l’intermédiaire qui eut l’idée de transformer l’outil de paiement en ligne en une rentrée d’argent continue et inépuisable.

C’est Luke Wilson le héros, Jack Harris. Il va nous raconter toute l’histoire en commençant par la fin, mais pour que l’on comprenne, forcément, il revient au début. Étonnement, ce genre de construction a tendance à donner majoritairement des films trop linéaires, comme c’est le cas ici. Mais ça, ce n’est pas grave. À dire vrai, même avec ses plus gros défauts, le film s’en sort convenablement, mais quand même, il était tellement facile à améliorer que c’est dommage.

Déjà, il est bien trop didactique. Cette façon de tout expliquer en détails en voix off offre un bon départ, mais le film n’arrête jamais d’être trop explicatif. Ensuite, à chaque opportunité de transformer l’histoire en quelque chose d’un peu plus gros, le réal préfère jouer la sécurité, nous offrant des montages ou de brèves explications, coupant souvent trop court quand la pression se fait sentir, ça en devient un peu lassant.

Middle Men avait une histoire avec beaucoup de potentiel, mais elle a été gérée avec maladresse et insécurité. Difficile de ne pas penser à ce que ça aurait pu donner entre les mains d’un réalisateur ambitieux. En tout cas, j’ai trouvé ça divertissant, mais anecdotique. Ça se regarde sans déplaisir et si ça avait été un peu moins prévisible, je pense même que la fin aurait eu un punch suffisant pour que je me dise qu’il mérite un second visionnage, mais ce n’est pas le cas.

Réalisateur : George Gallo ; Scénariste : Andy Weiss.
Casting : Luke Wilson, Giovanni Ribisi, Laura Ramsey, Gabriel Macht, James Caan, Kelsey Grammer, Jacinda Barrett, Rade Serbedzija,
Kevin Pollak, Terry Crews.