P.T. Anderson’s Boogie Nights (1997)

mardi 31 juillet 2012 à 17:57

Après avoir découvert Sidney il y a quelques mois, je m’étais dit que j’allais poursuivre avec la filmo de Paul Thomas Anderson. L’occasion était là pour faire quelque chose que je me devais d’accomplir depuis que j’avais revendu mon DVD de Boogie Nights dans le but d’acheter une édition de meilleure qualité. J’ai donc acquis le blu-ray, la qualité était bien au rendez-vous.

Quoi qu’il en soit, Boogie Nights est un film que j’ai regardé plusieurs fois avec toujours beaucoup de plaisir. Il n’est par contre pas facile de partager cela avec beaucoup de monde, puisque que cela se passe dans le monde du cinéma pour adultes à la fin des ‘70s et il se trouve que rien que ça semble imposer une barrière.

Bref, nous suivons Mark Whalberg dans la peau d’Eddie Adams, un jeune pas très futé qui va devenir une star dans le porno, parce que l’on nait tous avec un talent particulier et que le sien se trouvait être dans son pantalon. Il devient donc Dirk Diggler après avoir été découvert par le réalisateur Jack Horner (Burt Reynolds).

L’idée de Boogie Nights est de chroniquer une traditionnelle escalade vers le succès jusqu’à la chute inévitable. Cela se fait ainsi de l’âge d’or du cinéma pornographique à ses excès des années 80, de la gloire dans les salles obscures à la domination dans les vidéoclubs.

Cela dit, le film tourne surtout autour d’une famille recomposée dysfonctionnelle. Nous avons Jack qui est la figure paternelle, Amber (Julianne Moore) qui s’impose dans le rôle de la mère de substitution, et Dirk et Rollergirl (Heather Graham) dans ceux de leurs enfants par défaut. Tout ce petit monde et ceux qui les entourent ne sont pas des pervers (à part The Colonel !), ce sont des personnes normales, mais bien souvent paumées.

L’une des choses que j’aime le plus dans Boogie Nights est le soin apporté aux multiples storylines secondaires. On croise pas mal de monde chez Jack et si Dirk est la figure centrale du film, on suit d’autres acteurs et techniciens avancés de leur côté. Il y a un souci du détail qui rend cet univers extrêmement cohérent et ses protagonistes véritablement attachants.

D’un point de vue technique, Anderson passe clairement à la vitesse supérieure avec son second long-métrage. Il utilise un peu trop de montage de scènes qui se croisent dans la seconde moitié, mais il contrôle réellement le rythme du film. De plus, il mélange les différents types de plans avec une grande fluidité et maitrise tous les éléments présents à l’écran pour composer un environnement riche et parfaitement structuré. Le tout est accompagné par une soundtrack imposante (peut-être un peu trop par moment).

Boogie Nights est donc un très bon film qui trouve toujours le moyen de me toucher et qui ne perd vraiment pas de sa force avec le temps (et les revisionnages).

Réalisateur & Scénariste : Paul Thomas Anderson.
Casting : Mark Wahlberg, Burt Reynolds, Julianne Moore, Heather Graham, John C. Reilly, Don Cheadle, Nicole Ari Parker, William H. Macy, Nina Hartley, Thomas Jane, Philip Seymour Hoffman, Melora Walters, Robert Ridgely, Philip Baker Hall, Michael Jace, Alfred Molina, Luis Guzmán, Ricky Jay.