Pixar Retrospective : Cars 2 (2011)

mardi 09 avril 2013 à 9:47

Cars 2 (2011)

Après Toy Story 3, Pixar enchaine avec une autre suite, celle de Cars – connu alors pour être le moins bon du studio à ce moment-là. C’est un avis que je partageais et je n’attendais pas vraiment ce second opus.

Pour autant, le premier Cars n’était pas foncièrement un mauvais film, juste une œuvre trop simpliste qui manque de dimension émotionnelle pour avoir un impact fort (je vous renvoie à ma critique). Je ne doute aucunement de la passion de son réalisateur John Lasseter et des bonnes intentions de l’équipe ; je pense qu’ils n’ont pas forcément pris les décisions adéquates créativement parlant pour que Cars puisse avoir un angle de lecture adulte plus riche.

Cars 2 (2011)

D’une certaine façon, cela est pire dans Cars 2, Pixar ayant fait le pire choix possible en faisant de Mater (Martin en français) son personnage principal. Ce dernier, meilleur ami de Flash McQueen, devient la vedette de ce second volet, une parodie d’espionnage qui trouve ses plus grandes qualités dans son casting vocal.

Michael Caine et Emily Mortimer rejoignent l’aventure dans la peau de deux espions britanniques qui vont prendre Mater pour un agent américain sous couverture. Les deux Anglais sont excellents et accentuent l’approche internationale de l’œuvre.

Au visionnage, je me suis demandé si Cars 2 n’était pas juste une opportunité pour le studio d’explorer le Monde à sa façon à travers les courses auxquelles participe Flash McQueen. Géographiquement, le film a un large terrain de jeu, multipliant les ambiances visuelles et sonores pour créer de l’exotisme et de l’aventure. Il est évident que tout le monde s’est bien amusé à plonger dans l’univers de la course automobile – tout particulièrement avec les commentateurs qui ont régulièrement d’excellentes lignes de dialogues.

Cars 2 (2011)

Malheureusement, le scénario n’est lui pas à la hauteur de cette simili-visite touristique, la parodie d’espionnage délivrée par le long-métrage n’apportant strictement rien au genre. Cela aurait pu se révéler plus probant avec un autre personnage secondaire, mais Mater ne possède aucune complexité. Présenté comme un bon vivant qui aime les choses simples, il n’est clairement pas la lumière de Radiator Springs. Ses « collègues » pensent alors qu’il maintient sa couverture d’un bout à l’autre et qu’il se fait passer pour un abruti. Seulement, ce n’est pas le cas et même s’il découvre comment les autres le perçoivent, il ne semble pas ressortir plus mature de cette expérience. Bien entendu, rester soi-même est en grande partie le message du film, mais le personnage aurait pu profiter de l’aventure pour évoluer – ce qui ne sera pas le cas.

Cars 2 (2011)

Si ce n’était déjà pas assez, Cars 2 délaisse la majorité des personnages familiers dont certains en sont réduits à de la simple figuration. Seul McQueen en fait plus avec la mise en péril de son amitié avec Mater, mais on revisite au final les angoisses présentes dans le premier opus et joue alors plus de la répétition qu’autre chose.

Cars 2 possède ses moments, mais ceux-là sont noyés dans une histoire qui n’est pas aussi excitante qu’elle se devrait d’être et qui se repose trop sur les codes des genres qui sont mis en scène sans vraiment se distinguer. La partie familiale manque d’émotion, la parodie d’espionnage est trop codifiée et les thématiques du film n’apportent rien de plus que ce que le premier Cars avait déjà accompli. Alors oui, au final, Cars 2 est bel et bien le plus mauvais des Pixar à ce jour.

Cars 2 (2011)

Réalisateur : John Lasseter ; scénariste : Ben Queen.
Casting (vocal) : Owen Wilson, Larry the Cable Guy, Michael Caine, Emily Mortimer, John Turturro, Eddie Izzard, Thomas Kretschmann, Joe Mantegna, Peter Jacobson, Bruce Campbell.