Pixar Retrospective : Toy Story 3 (2010)

mardi 26 mars 2013 à 9:45

Toy Story 3 (2010)

Plus de dix ans après le second opus, les jouets de Toy Story firent leur retour – cette fois-ci, sous la direction de Lee Unkrich.

Avec une décennie entre les deux films, Pixar a techniquement grandement évolué et, il va de soi, Andy a grandi. Ce troisième volet va prendre en compte ses nouveaux paramètres, bien conscient qu’il y a tout un public qui a grandi avec Pixar et qui, comme Andy maintenant, a laissé ses jouets au placard.

Toy Story 3 (2010)

Les vide-greniers se sont succédés,  les jouets sont partis et il ne reste donc plus qu’un noyau dur dormant dans un coffre dans la chambre à Andy, sur le point de quitter la demeure pour l’université. On retrouve alors Woody, Buzz, Jessie et Bullseye,  Mr. et Mrs.Potato Head, Slinky Dog, des aliens, Rex et Hamm.

Comme Pixar qui a traversé les années et n’est plus le nouveau studio, Toy Story 3 se confronte directement aux effets du temps ; Woody et les autres sont le symbole de l’enfance qu’Andy doit maintenant laisser derrière lui et continuer sa route tout seul.  Le film s’ouvre d’ailleurs à sa façon sur un prologue similaire à celui de Up, qui permet de voir Andy grandir. Le parallèle n’est sûrement pas anodin, car les deux films abordent des thèmes plus mélancoliques et sombres.

Toy Story 3 (2010)

Au cœur de Toy Story 3, il y a donc cette notion de séparation, que ce soit avec Woody qui refuse d’abandonner Andy, les autres qui considèrent que c’est déjà fait, ou encore avec l’histoire personnelle de l’ours Lotso. Le tout se développant bien évidemment avec les éternelles notions d’amitié qui sont au cœur de la franchise.

Cette fois-ci, l’aventure va conduire les jouets à la garderie Sunnyside. Sur place, le groupe – à l’exception de Woody – y voit la possibilité d’être de nouveau auprès des enfants et de ne plus jamais avoir à subir la peur de l’abandon. Pas d’attaches et toujours des enfants qui viendront jouer. Seulement, ce qu’ils ne tardent pas à découvrir, c’est que le lieu est en réalité une prison dirigée par un ours qui sent la fraise et où ils se retrouvent balloter dans tous les sens par des gamins qui ne sont pas en âges de jouets avec eux.

Toy Story 3 (2010)

Si un certain nombre de personnages sont donc absents, ce changement de décor permet d’intégrer de nouvelles figures et d’exploiter alors un nouvel angle du monde du jouet – où les apparences sont encore une fois trompeuses. Le gros ours rose qu’est Lotso s’impose très vite dans l’histoire ; Barbie et Ken font une entrée fracassante dans l’univers de Toy Story pour apporter, entre autres, un regard cocasse sur les accessoires. Sans oublier les jouets de Bonnie, parmi lesquels on trouve d’ailleurs un silencieux Totoro.

Toy Story 3 (2010)

Il n’en reste pas moins que le film repose sans aucun doute sur les épaules des vétérans. Toy Story 3 se présente à sa façon comme un gros mélange de ce que les deux premiers opus ont fait. On y retrouve autant de similitudes dans l’approche narrative que dans les thématiques. Dans l’ensemble, Toy Story 3 se montre peut-être un brin téléguidé, reflet des compétences de ceux qui sont derrière et d’un univers avec lequel on est plus que familier. Il en ressort aussi un film qui respire la confiance, avec un humour maitrisé (qui joue autant la carte du référentiel que celle de la situation ou de la réplique cinglante), un grand sens de l’aventure et beaucoup d’émotions.

Au final, Toy Story 3 vient mettre un point final avec beauté aux aventures de Woody, Buzz et des autres jouets sous la direction d’Andy – devenu l’adulte responsable prêt à voler de ses propres ailes.

Toy Story 3 (2010)
Réalisateur : Lee Unkrich ; scénariste : Michael Arndt.
Casting (vocal) : Tom Hanks, Tim Allen, Joan Cusack, Ned Beatty, John Morris, Don Rickles, Blake Clark, Wallace Shawn, John Ratzenberger, Estelle Harris, Michael Keaton, Jodi Benson, Emily Hahn, Jeff Pidgeon, Timothy Dalton, Kristen Schaal, Jeff Garlin, Bonnie Hunt, Whoopi Goldberg, Laurie Metcalf.