Pixar Retrospective : Up (Là haut – 2009)

mercredi 06 mars 2013 à 10:54

Pixar : Up (Là haut – 2009)

Seconde réalisation pour Pixar de Pete Docter, Up est l’un des films les plus populaires du studio.  À l’époque de sa sortie, je n’avais pas particulièrement envie de le voir et, si ce fut une bonne surprise en bout de route, j’avoue que je n’étais pas aussi emballée que beaucoup d’autres. Je ne l’avais jamais revu depuis et ce revisionnage m’a donc permis de redécouvrir le métrage avec un autre regard.

Il faut aussi dire qu’Up  a attiré beaucoup l’attention pour son prologue et au final, c’est un peu passé à côté du véritable sujet du film. Celui-ci commence en racontant la relation entre Carl et Ellie qui se rencontrent enfant, lié par leur amour de l’aventure. Un montage s’ensuit pour nous dévoiler, sans dialogues, la vie du couple jusqu’à la mort d’Ellie.

Ellie et Carl dans Up (Là haut – 2009)

C’est une introduction romantique (qui ne me fait pas verser de larmes, désolé) et qui est clairement teintée d’un idéalisme cinématographique qui trouve son sens dans la suite. Après tout, c’est tout ce que le film va nous montrer sur leur vie ensemble et il était essentiel de la trouver touchante et forte pour que le récit puisse totalement fonctionner.

Carl est donc laissé face à lui-même et il se tient seul avec sa maison, tout autour de lui ayant été détruit. La symbolique est posée et dès lors, Up devient un long-métrage qui va traiter du deuil de Carl qui s’accroche dur comme fer à sa femme, au détriment de la reconstruction de son existence sans elle.

Pixar : Up (Là haut – 2009)

Pour les enfants, Up délivre une grande aventure avec Russell, un jeune garçon membre de la Wilderness Explorers auquel il manque un badge : celui pour avoir apporté son aide à une personne âgée. Il se trouvera donc sur la route de Carl et, par accident, s’envolera aussi avec la maison, pour l’Amérique du Sud et plus précisément, Paradise Falls. De là se développe une improbable relation, celle entre un vieux un peu grincheux accroché à ses souvenirs et un gamin trop bavard à la recherche de l’affection d’un père qui ne s’occupe plus de lui depuis son remariage.

Autant dire que derrière ce voyage fou entrepris par Carl se dissimule un film teinté de mélancolie qui met en scène des personnages qui ont besoin de liens affectifs. De là, rien d’étonnant à constater comment Russell s’attache à tout ce qui bouge, à commencer par Kevin l’oiseau rare. Carl s’impose involontairement comme une figure autoritaire, que ce soit auprès du gamin ou de Dug le golden retriever qui a lui aussi veut une famille qui l’aime.

Up-la-haut-pixar-03

Tout dans Up ou presque parle alors de contacts humains avec autant de tendresse et d’humour que de désespoir. Charles F. Muntz, le vieil explorateur parti pour nettoyer son nom, a fini par y laisser sa santé psychologique – causé sans trop de difficulté par l’isolement. Il n’est donc plus capable de percevoir les véritables intentions des gens et considère qu’on lui veut du mal. Kevin, l’oiseau rare, tente de retrouver ses petits – et par extension son foyer. Au milieu de tout cela, on a un nombre incalculable de chiens qui fournissent une dose d’humour plus ou moins efficace. Disons que je ne suis pas convaincue de la viabilité de certains gags sur le temps.

Pixar : Up (Là haut – 2009)

Up vit donc clairement à travers ses personnages qui prennent le dessus sur un décor, certes détaillé, mais qui se révèle trop statique. Au beau milieu de la forêt, il peut y avoir une impression de faux décor qui émerge. L’ensemble est aussi – sans surprise – porté par un casting vocal investi dont Edward Asner en Carl  qui joue parfaitement sur les intonations  et Jordan Nagai qui possède l’énergie pour donner vie au Russell fort bavard.

Faisant suite à WALL-E, qui était tout bonnement sublime, Up n’est pas le plus satisfaisant des Pixar d’un point de vue visuel ; le film compense cependant largement grâce à son parti pris émotionnel qui fait réellement progresser l’aventure et porte un très beau regard sur la perte, le deuil et ce qui s’ensuit.

Up-la-haut-pixar-06

Réalisateur : Pete Docter ; scénaristes : Bob Peterson et Pete Docter.
Casting (vocal) : Edward Asner, Christopher Plummer, Jordan Nagai, Bob Peterson, Delroy Lindo, Jerome Ranft.