Prince Avalanche (Prince of Texas – 2013)

mercredi 04 septembre 2013 à 10:50

Prince Avalanche (Prince of Texas - 2013)

Pour son retour vers un cinéma plus modeste et, disons-le franchement, plus inspiré, David Gordon Green entraine Paul Rudd et Emile Hirsh en pleine nature dans Prince Avalanche, le remake d’un petit film islandais – Either Way (Á annan veg) sorti en 2011.

On suit donc Alvin (Paul Rudd) et le frère de sa petite amie, Lance (Emile Hirsch), alors qu’ils travaillent à réhabiliter la signalétique sur une route de forêt au milieu du Texas en 1988, un an après qu’un incendie ravagea complètement la région.

Prince Avalanche (Prince of Texas - 2013)

Pour Green, il est question de revenir à un budget plus limité pour raconter une histoire simple. L’occasion est là afin qu’il reconnecte avec son style d’antan, et il la saisit pleinement. Prince Avalanche se présente alors dès ses premières images comme un film à l’esthétique léchée qui tire un maximum de son cadre pour alimenter une aura un tantinet poétique. La nature est à l’honneur et, en la combinant avec l’excellente la soundtrack composée par Explosions in the Sky, le réalisateur se laisse emporter dans une mise en scène qui s’égare occasionnellement à cause d’une volonté claire de faire dans la contemplation.

C’est bien souvent adéquat pour entretenir l’atmosphère décalée de ce Prince Avalanche, mais c’est aussi par moment légèrement de trop. Néanmoins, on ne peut pas dire que cela soit désagréable. Le souci est que les occasionnels égarements donnent l’impression de forcer les personnages dans un brouillard mélancolique.

Prince Avalanche (Prince of Texas - 2013)

Prince Avalanche (Prince of Texas - 2013)

La relation entre Alvin et Lance invite pourtant plus la légèreté. On s’aventure ainsi en de multiples occasions à la frontière de la comédie, l’incompatibilité du duo au premier abord étant vraiment adaptée pour cela. Bien entendu, l’isolement est ici utilisé pour les encourager à réfléchir sur eux-mêmes et à évaluer leurs choix. D’ailleurs, Alvin nous apprendra que c’est exactement ce qu’il comptait faire de toute façon. C’était cependant oublier les aléas de la vie qui finiront par bousculer ses certitudes. Le gentil crétin qu’est Lance sera alors là pour aider à relativiser, à défaut de pouvoir ajouter une réelle profondeur au propos.

Dans ce sens, Prince Avalanche manque légèrement de carburant et reste quelque peu à la surface des choses. Cela dit, ce n’est pas vraiment un problème, car la conclusion s’en accommode, d’une certaine manière. Et puis, Paul Rudd et Emile Hirsch apportent suffisamment de cœur à l’histoire pour qu’on puisse accepter que Green n’avait finalement pas plus à exprimer.

Prince Avalanche est au final un petit film sympathique et personnel qui possède une sensibilité et une beauté qui lui permettent de s’élever au-dessus du lot, même si ce n’est pas suffisant pour réellement l’aider à s’affirmer totalement. Mais ce n’est pas grave, c’est même très bien comme ça.

Prince Avalanche (Prince of Texas - 2013)

Réalisateur & Scénariste : David Gordon Green.
Casting : Emile Hirsch, Paul Rudd, Joyce Payne, Lance LeGault.