Return of the Killer Tomatoes! (1988)

lundi 10 janvier 2011 à 22:19

Return of the Killer Tomatoes! est un film d’une profonde nullité et, je l’avoue, j’ai le DVD, et je l’ai vu plus de fois que j’aurais du. J’ai une excuse, car oui, c’est nul, mais ceux qui ont fait ce film savaient que c’était juste naze et ont donc décidé de l’assumer totalement. D’ailleurs, c’est globalement ce que la chanson du début nous raconte.

De toute façon, je ne pense pas que l’on pouvait faire un film comme ça sérieusement, surtout avec un budget minable et des acteurs de seconde zone, car c’est ce qu’était George Clooney à l’époque, ne l’oublions pas. Le fait est que le film est autoparodique et brouille complètement les limites entre fiction et réalité. Pour dire, à la moitié du film, le tournage s’arrête à cause d’un manque d’argent. George propose alors de faire du product placement et la demi-heure qui suit ressemble à un ensemble de spots publicitaires, jusqu’à ce qu’il y ait assez d’argent dans les caisses pour finir ce navet.

C’est soit génial, soit médiocre, difficile de le savoir tellement ont jongle entre les moments parodiques réellement inspirés et les lourdeurs imposées par des acteurs qui en font (volontairement ?) des tonnes avec des dialogues d’une stupidité assommante.

Globalement, c’est un film qui s’autoproclame trop nul pour être pris au sérieux et qui nous dit clairement qu’il faut mieux en rire et, vu qu’il faut le faire, autant le faire comme des cons. On atteint le paroxysme du Dumb as Fuck Movie ! Le moment où la médiocrité décide de contre-attaquer pour se sortir de son ghetto.

Oui, c’est nul, mais au moins, ça a été fait pour l’être et on ne peut pas dire qu’on n’a pas été prévenu. C’est là tout le génie de ce film.

Pour le coup, je ne vous ai même pas dit que quoi ça parlait ! peu importe, car j’ai un plus gros problème, je ne sais pas quelle note lui donner !

Réalisateur : John De Bello ; Scénaristes : John De Bello, Costa Dillon, Stephen Peac.
Casting : Michael Villani, John Astin, Karen Mistal, Anthony Starke, George Clooney.