Rise of the Planet of the Apes (La Planète des singes : les origines – 2011)

lundi 07 novembre 2011 à 23:06

Si je me souviens bien, il y a déjà un film de la première fournée de longs métrages qui servait de préquelle, mais ce n’est pas grave, revenons donc à l’origine de La Planète des Singes. Spoiler Alert : les humains ne gagneront pas.

Rise of the Planet of the Apes aurait certainement dû s’appeler The Beginning of the Rise of the Planet of the Apes, car ce n’est vraiment que le début, seulement quelques dizaines de singes finissent par se soulever contre les humains.

Tout commence par James Franco qui teste sur des singes un médicament devant aider à soigner la maladie d’Alzheimer. Ça tourne mal et il se retrouve à élever César, un petit singe qui est né avec le médoc dans les veines, ce qui fait de lui le premier à être très intelligent. Les années passent, César grandit, rêve de grands espaces, tout va bien dans le meilleur des mondes, il s’est même arrangé pour trouver une copine à James, tandis que le papa de celui-ci bénéficie du traitement qui lui redonne toute sa tête… jusqu’au drame. César finit enfermé avec les autres singes, mais il n’est pas comme eux. Il finira par se résoudre à organiser une révolte, d’où le titre du film.

De manière générale, l’histoire est construite avec attention de façon à bien nous montrer comment on en est arrivé au fameux soulèvement des singes. Le truc, c’est que c’est super linéaire et que, même si les scénaristes ont eu la bonne idée d’expliquer convenablement ce qui se passe pour éviter que l’on nous balance stupidement que du jour au lendemain les singes sont devenus intelligents et rebelles, le côté ultra didactique de l’ensemble enlève les effets de surprises. De plus, les personnages secondaires sont tous caricaturaux à un certain niveau, étant majoritairement accessoirisés pour provoquer les conséquences nécessaires pour aller au bout du processus.

C’est divertissant, certes, mais ce n’est jamais palpitant. C’est une longue introduction qui se veut intelligente, mais qui semble surtout prendre le spectateur pour quelqu’un que ne l’est pas tant que ça (intelligent). Rise of the Planet of the Apes n’explore clairement pas tout son potentiel, ce qui ne l’empêche pas de se laisser regarder sans déplaisir, mais ça ne va pas plus loin que ça. En plus, une partie de l’intrigue est juste laissée en suspens en attendant la suite – qui devrait être The Real Rise of the Planet of the Apes.

Réalisateur : Rupert Wyatt ; Scénariste : Rick Jaffa, Amanda Silver.
Casting : James Franco, Freida Pinto, John Lithgow, David Oyelowo, Brian Cox, Tom Felton, Andy Serkis, Tyler Labine, David Hewlett, Chelah Horsdal, Jamie Harris.