Robin Hood (2010)

mardi 31 août 2010 à 23:17

Résumé : À l’aube du treizième siècle, Robin Longstride assiste, en Normandie à la mort de son monarque, Richard Coeur de Lion. De retour en Angleterre et alors que le prince Jean, frère cadet de Richard et aussi inepte à gouverner qu’obnubilé par son enrichissement personnel, prend possession du trône, Robin se rend à Nottingham où il découvre l’étendue de la corruption qui ronge son pays. Il se heurte au despotique shérif du comté, mais trouve une alliée et une amante en la personne de la belle et impétueuse Lady Marianne. Robin entre en résistance et rallie à sa cause une petite bande de maraudeurs dont les prouesses de combat n’ont d’égal que le goût pour les plaisirs de la vie. Ensemble, ils vont s’efforcer de soulager un peuple opprimé et pressuré sans merci, de ramener la justice en Angleterre et de restaurer la gloire d’un royaume menacé par la guerre civile. Brigand pour les uns, héros pour les autres, la légende de « Robin des bois » est née.

Robin Hood fait parti de ces films que j’attends avec impatience au moment où ils sont annoncés et que je n’attends plus vraiment quand ils finissent par arriver. Étrange. Cela dit, ça ne m’empêche pas de le voir quand même, car un film de Ridley Scott avec Russell Crowe, c’est toujours tentant.

Et le résultat est là, avec ce film qui délivre tout ce qu’on pouvait en attendre, et pas grand-chose de plus. En fait, le problème est qu’il y a quelques surprises, mais elles sont peu nombreuses. J’ai particulièrement apprécié la partie politique, même si elle est trop maigre et que la chute est prévisible. De même, au niveau des combats, ce fut particulièrement bien mis en images. Rythmé et bien orchestré.

Par contre, ce qui est dommage, c’est que le scénario se contente de suivre une voie trop classique que ce soit dans la façon dont Robin s’impose comme un leader ou dans sa relation avec Lady Marion. D’ailleurs, à la base, Robin nous est introduit comme un archer quelque peu gredin, même s’il est honnête – dans un sens. En prenant la place de Loxley, il devient habité par une noblesse impressionnante. Il finit par mener l’armée du Roi à la guerre quand même, alors qu’avant il se contentait de se bourrer entre deux batailles.

Concrètement, il ne faut pas trop réfléchir à tout ça, sinon ça s’embrouille, surtout avec le nombre d’heureuses et de malheureuses coïncidences qui permettent aux personnages d’être aux bons endroits et aux bons moments pour que l’histoire reste fluide.

Tout ceci n’efface cependant pas le fait que le divertissement est plus qu’honnête et satisfait pleinement, même s’il y a parfois quelques longueurs qui sont principalement dues au fait que c’était prévisible et que, du coup, j’attendais impatiemment qu’on en arrive aux moments plus rythmés.

Bref, je ne voudrais pas sonner trop négatif, car j’ai vraiment passé un bon moment devant ce film et je le reverrais avec plaisir, mais je pense que si l’angle pourri « avant la légende » avait été évité, ça aurait pu donner un film moins prévisible. Genre, raconter la même histoire, mais sans la situer dans l’univers de Robin Hood, comme ça, en plus, on aurait pu se passer de quelques éléments présents uniquement pour ancrer l’histoire dans le bon contexte.

Réalisateur : Ridley Scott ; Scénariste : Brian Helgeland.
Casting : Russell Crowe, Cate Blanchett, William Hurt, Mark Strong, Eileen Atkins, Mark Addy, Max von Sydow, Danny Huston, Oscar Isaac, Matthew Macfadyen, Scott Grimes, Kevin Durand, Alan Doyle.