Rôle mémorable : Philip Seymour Hoffman dans Capote

mardi 05 mars 2013 à 11:32

 Philip Seymour Hoffman dans Capote

Philip Seymour Hoffman est aujourd’hui un acteur reconnu et célébré. Je l’ai découvert dans Twister et, à cette époque, non seulement le film était une déception, mais lui, il me tapait sur les nerfs. Ce ne fut donc pas le meilleur des premiers contacts. Heureusement, il enchaina sur Boogie Nights, mais surtout avec The Big Lebowski dans lequel il était simplement délirant dans le rôle de Brandt le majordome. Je n’irais pas dire que je voyais en lui un futur grand acteur, mais au moins je ne pouvais pas retenir contre lui Twister, ça n’aurait pas été juste.

Quoi qu’il en soit, peu importe ce qu’il fit avant Capote, aussi bon a-t-il été, c’est définitivement ce rôle qui le plaça pour moi aux côtés des plus grands. Il atteint simplement le sommet de son art, même dans The Master, dans lequel il est également impressionnant, il n’égale pas l’excellence de son incarnation de Truman Capote.

 Philip Seymour Hoffman dans Capote

Pour ceux qui ne connaissent pas ce très bon film de Bennett Miller, Capote suit l’auteur Truman Capote durant les quatre ans qu’il passa à rechercher et écrire son livre In Cold Blood (De sang-froid), un monument de la littérature qui imposa le roman non fictionnel comme un genre reconnu et célébré.

Truman n’était pas un homme comme les autres – ouvertement homosexuel (dans les années 50), possédant une voix particulière, terriblement narcissique et égocentrique, sans oublier incroyablement talentueux. Il fallait qu’il soit le centre d’intérêt, même s’il devait pour ça être le sujet d’une mauvaise blague. Tout cela changea avec son troisième livre qui l’entraina au Kansas où une famille a été massacrée. Quand les coupables sont arrêtés, il va se lier avec l’un d’eux, une expérience qui changea sa vie au point qu’il ne finira jamais plus aucun roman après In Cold Blood.

Pour le film, Philip Seymour Hoffman devient littéralement Truman Capote. Il se métamorphose pour endosser le rôle. Il s’investit tellement dedans que l’on finit par ne plus voir et entendre l’acteur, juste Capote.

 Philip Seymour Hoffman dans Capote

 Philip Seymour Hoffman dans Capote

En soi, Capote est un film relativement académique, sombre, mais loin d’être dénué de beauté, qui nous immerge dans la vie de son sujet avec finesse et style. En délivrant une performance tout simplement captivante, Hoffman élève le film pour en faire une œuvre émotionnellement prenante d’une grande subtilité qui possède une personnalité à part.

En 2006, Philip Seymour Hoffman a reçu l’oscar du meilleur acteur face à David Strathairn dans Good Night, and Good Luck., Joaquin Phoenix dans Walk the Line et Heath Ledger dans Brokeback Mountain et c’était amplement mérité.

Pour terminer, je salue au passage la prestation dans Capote de Clifton Collins Jr dans la peau du tueur Perry Smith qui mérite aussi de ne pas être oublié.