Ryan Gosling prouve qu’il est le boss dans Drive

samedi 14 janvier 2012 à 13:39

J’ai finalement découvert Drive après en avoir entendu du bien (et vous pouvez lire la critique de Carole ici). Je trouve que le film est consciemment trop artsy, même si un effort tout particulier est fait pour faire comme si ce n’était pas le cas. Les plans un poil trop long le font bien sentir. C’est intentionnel, mais il ne faudrait pas que ça se voie trop. Enfin, c’était peut-être moi qui était trop fatigué, mais la ligne d’Albert Brooks sur ses productions « européennes » m’est apparue comme une sorte d’aveu. J’extrapole probablement trop, ça se voulait profond à un certain niveau, pas métaphorique.

Quoi qu’il en soit, je retiendrai surtout de ce film à quel point Ryan Gosling est The Boss. He just doesn’t give a fuck…

Preuve N°1 : après avoir échappé de peu à la police

Preuve N°2 : et quand il fait ses courses

Preuve N°3 : ou quand il négocie son prochain job

Preuve N°4 : quand il conduit en marche arrière, alors qu’il est poursuivi

Preuve N°5 : Couvert de sang !

Preuve N°6 : l’ascenseur !!!

Preuve N°7 : l’hystérie au restaurant

To conclude…