Steve Carell est The Incredible Burt Wonderstone, un magicien qui a besoin de se recycler

vendredi 21 décembre 2012 à 16:29

Depuis l’avènement de David Blaine et autres Criss Angel, on a vu de nombreuses histoires du type magicien old school mis à la retraite par un magicien nouvelle génération. Habituellement, cela se termine par un meurtre, puisque l’on se trouve dans un procedural policier.

The Incredible Burt Wonderstone nous ressert visiblement la même histoire, sans le meurtre, mais avec un peu plus de rires — espérons-le. La première blague semble venir du département costume qui fut bien aidé par les maquilleurs. Steve Carell n’est pas gâté à tous les niveaux (il ressemble à Jon Heder dans Blades of Glory), mais je suppose que ça doit aider à parfaire l’image du magicien de Vegas. Steve Buscemi et James Gandolfini héritent de perruques, tandis que Jim Carrey est tatoué un peu partout. Olivia Wilde et Alan Arkin ont été épargnés apparemment.

En tout cas, je trouve l’idée sympathique, mais le trailer m’a laissé de marbre, ce qui est un peu dérangeant quand on voit ce casting prometteur. Je crains que le scénario se repose trop sur quelques excentricités du milieu des magiciens pour cacher la banalité de l’ensemble. Du moins, c’est plus ou moins l’impression que j’ai eu avec les premières images. Cela dit, c’est peut-être trompeur. On jugera ça au printemps (au minimum, pas encore de date pour la France).

The Incredible Burt Wonderstone

The Incredible Burt Wonderstone

The Incredible Burt Wonderstone

The Incredible Burt Wonderstone