Harry Potter

Warner Bros. annonce un film dans l’univers Harry Potter avec J.K. Rowling au scénario

jeudi 12 septembre 2013 à 22:39

Newt ScamanderAujourd’hui, Hollywood cherche toujours de nouveaux moyens pour rentabiliser sur ses succès passés. D’une certaine façon, il est presque étonnant que l’univers Harry Potter n’ait pas été étendu plus tôt que cela vu ce que ce dernier représentait pour Warner Bros.

Le studio a finalement trouvé un moyen de ramener au cinéma le monde du fameux sorcier à lunettes à l’aide d’un spin-off inspiré du livre Fantastic Beasts and Where To Find Them – tout simplement publié sous le nom Les Animaux fantastiques chez nous. C’est un petit manuel scolaire de Newt Scamander qui permettait au temps de sa publication d’approfondir d’une autre façon l’univers des romans sans polluer les pages de la série. Je l’ai quelque part, sûrement dans un tas de livres sous des DVDs et si je n’en ai plus de grand souvenir, c’était sympathique pour ce que cela faisait.

Lire la suite

Le Blu-Ray de la semaine : Mon nom est Personne

mercredi 19 septembre 2012 à 12:13

Dans la veine de ma sélection hebdomadaire de films à regarder à la télévision, je me suis dit que je pouvais également vous recommander un blu-ray à vous procurer, car il se trouve qu’il y en a des nouveaux toutes les semaines dans les bacs. Pourquoi un blu-ray et pas un DVD ? Parce que l’on est en 2012, pas en 2002.

Le premier blu-ray sélectionné est un western de Tonino Valerii, le célèbre Mon nom est Personne. Scénarisé par Sergio Leone, ce classique mettant en scène Henry Fonda et Terence Hill nous entraine à la fin de la conquête de l’Ouest, en pleine transition entre deux grandes périodes dans l’histoire américaine. D’un côté, Fonda incarne l’ancienne école en voie de disparition, de l’autre, Hill est Personne, la nouvelle génération insouciante qui idolâtre les anciens, mais rêve de les remplacer. C’est une sorte de passage de relais entre deux genres de westerns notables.

Lire la suite

Un trailer pour De Grandes Espérances de Mike Newell

mardi 14 août 2012 à 11:18

Great Expectations (De Grandes Espérances), le classique de Charles Dickens, a le droit à une énième adaptation. La dernière en date n’est pas très vieille, vu qu’elle a été diffusé fin 2011 sur BBC.

Celle qui nous concerne aujourd’hui est donc pour le grand écran et c’est Mike Newell, réalisateur de Harry Potter et la Coupe de Feu qui s’en charge. Sans surprise alors, on retrouve Ralph Fiennes, Helena Bonham Carter et Robbie Coltrane au casting mené par Jeremy Irvine (War Horse) et Holliday Grainger (The Borgias). D’ailleurs, je trouve que les deux jeunes acteurs sont bien choisis au vu de ces premières images – tout particulièrement pour Estella.

Lire la suite

Pratiquement 18 minutes de magie grâce à Harry Potter

mercredi 06 juin 2012 à 13:02

Vous voulez réviser vos formules magiques, votre patronus est un peu rouillé, voilà de quoi vous rafraichir un peu la mémoire. Pratiquement 18 minutes de magies, c’est à ça que l’on peut réduire l’utilisation des baguettes magiques dans la saga Harry Potter. Je ne sais pas quoi en conclure cela dit.

L’ultime coffret Harry Potter à offrir aux fans pour Noël

vendredi 02 mars 2012 à 10:55

Maintenant que tous les films de la franchise Harry Potter sont sortis, il est temps de jeter les vieux digipacks collectors usés ou les simples coffrets « édition simple » et les remplacer par une intégrale qui rendra bien à l’écran et sur l’étagère (c’est un combo). Vous en doutez ? La preuve en images (sortez vos mouchoirs, c’est beau) :

Ça coutera bien entendu très cher, mais il faut ce qu’il faut, n’est-ce pas ? Et puis, vous avez encore le temps de mettre de l’argent de côté, Noël, ce n’est pas demain.

Les nominations aux Oscars 2012

mardi 24 janvier 2012 à 19:34

Les nominations aux Oscars 2012 sont tombés. Et pour faire simple et court, la liste suit :

Meilleur film

The Artist
The Descendants
Extremely Loud & Incredibly Close
The Help
Hugo
Midnight in Paris
Moneyball
The Tree of Life
War Horse

Meilleur réalisateur

The Artist – Michel Hazanavicius
The Descendants – Alexander Payne
Hugo – Martin Scorsese
Midnight in Paris – Woody Allen
The Tree of Life – Terrence Malick

Meilleur acteur

Demián Bichir – A Better Life
George Clooney – The Descendants
Jean Dujardin – The Artist
Gary Oldman – Tinker Tailor Soldier Spy
Brad Pitt – Moneyball

Lire la suite

Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 2 (2011)

mardi 18 octobre 2011 à 23:13

Nous voilà enfin à la conclusion ! Harry Potter Vs. Voldemort, avec en plus un dragon et la semi-destruction d’Hogwarts, ça en fait beaucoup, mais tout a été bien entamé avec la première partie.

D’ailleurs, c’est toujours un peu dérangeant quand un film est coupé en deux, surtout ici où la reprise est vraiment faite comme si on venait de voir le précédent. Cela dit, s’il n’y a pas vraiment d’introduction, on peut se consoler en profitant du fait que l’on plonge ainsi directement dans l’aventure, et vers le dragon, donc.

Quoi qu’il en soit, ce film contient beaucoup d’action, mais c’est réalisé de manière à se concentrer sur les personnages et non sur les explosions et autres actes de bravoure. On ne quitte jamais des yeux les différents buts à atteindre. Tant de modération finit par donner à l’ensemble un côté surréaliste qui est amplifié par la B.O.qui ne s’emballe pas – le silence est souvent privilégié sur la cacophonie.

En tout cas, cette seconde partie affiche fièrement tous les partis pris de la réalisation de David Yates qui ont façonné la fin de la série. On est à l’apogée et jamais on ne tombe dans la facilité. C’est d’autant mieux que l’histoire, elle, abuse par moment des morts gratuites pour faire des points qui n’étaient pas nécessaires à cette échelle.

Globalement, la seconde partie se montre supérieure à la première, car tout prend forme rapidement et l’histoire se déroule avec fluidité, mais toujours sans précipitation. Et puis, il faut bien reconnaitre que l’affrontement final était attendu depuis tellement longtemps qu’il est difficile de ne pas juste s’emballer rien que pour ça.

Mon seul reproche au final serait au sujet de la conclusion. Je ne vois pas l’intérêt de la scène 19 ans plus tard. J’aurais préféré une sorte de grande célébration ou quelque chose de plus enlevé qu’un départ pour Hogwarts, aussi symbolique puisse-t-il être. Pour le reste, rien à redire, et c’est d’autant mieux comme ça.

Réalisateur : David Yates ; Scénariste : Steve Kloves.
Casting : Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Ralph Fiennes, Alan Rickman, Helena Bonham Carter, Evanna Lynch, Tom Felton, Matthew Lewis, James Phelps, Oliver Phelps, Bonnie Wright, David Thewlis, Brendan Gleeson, Geraldine Somerville, Natalia Tena, Mark Williams, Domhnall Gleeson, Ciarán Hinds, Julie Walters, Jason Isaacs, Timothy Spall, Nick Moran, Chris Rankin, Ian Kelly, Clémence Poésy, Jamie Campbell Bower, Stanislav Ianevski, Frances de la Tour, John Hurt, Miranda Richardson, Toby Jones, Warwick Davis.

Harry Potter and the Deathly Hallows Part. 1 (Harry Potter et les reliques de la mort, partie 1 – 2010)

samedi 02 juillet 2011 à 20:52

Nous voilà arrivés à l’avant-dernier film de la saga cinématographique Harry Potter. Malheureusement, ce Harry Potter and the Deathly Hallows étant coupé en deux parties, nous n’avons pas une histoire complète, comme c’était le cas à chaque fois jusque-là. On peut dire que c’est préjudiciable, car le timing du film est un peu déroutant, tout particulièrement dans la seconde moitié.

Cela dit, j’ai particulièrement apprécié ce film, surtout le fait que l’on est loin d’Hogwarts et que l’on est ainsi plongé dans un univers qui est clairement différent de ce qui a été fait jusqu’à présent. Une fois de plus, le travail visuel et la direction de David Yates sont irréprochables, s’inscrivant dans la continuité de ce qui était fait par le réalisateur dans les précédents. Il maitrise vraiment son sujet et il sait nous apporter toujours plus d’environnement visuellement épatant.

Côté histoire, j’ai aimé que l’on se plonge, même si ce n’était que pour peu de scènes, du côté des Death Eaters. Le fait que ces derniers prennent petit à petit le pouvoir permet de rendre le danger palpable. De plus, il y a pas mal de nouveaux visages et quelques retours, donc celui de Dolores Umbridge qui fut assez sympathique. Par contre, plus que dans les derniers films, il y a clairement beaucoup de choses de coupés au niveau des personnages secondaires et cela n’est pas forcément toujours bien géré.

En tout cas, la première grosse partie du film délivre action, suspense et un bon gros lot de twists qui rendent l’ensemble aussi captivant que divertissant. Par contre, dès que Ron quitte Harry et Hermione, il y a un gros coup de mou qui va vraiment affecter tout le reste, car ça ne redémarrera timidement qu’à la toute fin, et ce, sans trop d’étincelles.

Harry Potter and the Deathly Hallows Partie 1 gagnera surement en intérêt une fois qu’il sera réuni avec sa seconde partie, et il est probable que je le revois un jour en enchainant directement avec la suite. En attendant, tout seul, il reste un bon opus de la saga, mais un qui souffre d’être mal équilibré et inachevé.

Réalisateur : David Yates ; Scénariste : Steve Kloves.
Casting : Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Ralph Fiennes, Alan Rickman, Helena Bonham Carter, Bill Nighy, Rhys Ifans, Evanna Lynch, Tom Felton, Matthew Lewis, James Phelps, Oliver Phelps, Bonnie Wright, David Thewlis, Brendan Gleeson, Geraldine Somerville, Natalia Tena, Mark Williams, Domhnall Gleeson, Julie Walters, Jason Isaacs, Timothy Spall, Peter Mullan, Nick Moran, David O’Hara, Imelda Staunton, Chris Rankin, Fiona Shaw, Richard Griffiths, Michelle Fairley, Ian Kelly, Clémence Poésy, Jamie Campbell Bower, Stanislav Ianevski, Frances de la Tour, John Hurt, Miranda Richardson, Toby Jones, Warwick Davis.

Harry Potter and the Half-Blood Prince (Harry Potter et le Prince de sang-mêlé – 2009)

samedi 25 juin 2011 à 23:57

Sixième année à Hogwarts, le temps passe vite. Cette fois, la terreur plane dans l’air, les Death Eaters ont recruté ce brave Draco qui n’en mène pas large. Sa maman et sa tante doivent alors forcer la main de Snape pour qu’il lui couvre les arrières. Pendant ce temps, Harry a pour mission de découvrir le secret d’Horace Slughorn, le professeur de potions.

Tout ceci est assez bien mené, mais tout de même un peu léger, surtout après le cinquième film qui possédait des enjeux plus concrets et d’envergure. Cela dit, The Half-Blood Prince a le mérite d’être le plus marrant de la série, ce qui est presque surprenant vu la conjoncture. Le fait est que les hormones sont en ébullition à Hogwarts et cela apporte une ambiance plutôt délirante dans les couloirs de l’école. Enfin, les bobos sentimentaux sont plutôt ridicules, mais Ron et sa fan, et les étudiantes qui font des potions d’amour, sans oublier le crétin qui s’intéresse à Hermione, il y a quelques pépites.

Cela dit, la relation entre Professeur Slughorn et Harry est ce qui anime vraiment le film quand Dumbledore n’est pas là. Celui-ci a enfin tout le temps qu’il mérite, dommage que ce soit sa dernière occasion. D’ailleurs, il est appréciable de voir Snape faire également plus qu’à son habitude. Je pousserais même en disant que c’est presque comme McGonagall qui n’a jamais eu autant de dialogues depuis… les deux premiers films.

Techniquement, David Yates livre un film aussi abouti que le précédent et qui est même plus beau, enfin, c’est peut-être parce que celui-là je l’ai vu avec un Blu-Ray. Les scènes d’attaques des Death Eaters sont impressionnantes, tout comme le passage où Harry et Dumbledore vont à la recherche de l’horcrux. Et enfin, Hogwarts n’a jamais paru aussi grand, les personnages l’explorant réellement.

Le point faible d’Harry Potter and the Half-Blood Prince est au final son histoire qui nous laisse dans le brouillard pendant une trop grande partie du film, que ce soit avec ce que fait Dumbledore ou avec le professeur Slurghorn. Le pire étant que ça apparait comme étant clairement volontaire et c’est dommage. Et il y a aussi le fait qu’il n’y a pas assez de Luna Lovegood, mais ça, c’est juste parce qu’elle me fait vraiment délirer, je suppose qu’elle n’est pas spécialement essentielle, contrairement à Ginny qui a ici tellement de dialogues qu’elle semble compenser pour le précédent film.

Bref, la fin est proche…

Réalisateur : David Yates ; Scénariste : Steven Kloves.
Casting : Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Michael Gambon, Alan Rickman, Jim Broadbent, Maggie Smith, Robbie Coltrane, David Bradley, Warwick Davis, Helena Bonham Carter, Helen McCrory, Tom Felton, Timothy Spall, Dave Legeno, Mark Williams, Julie Walters, James Phelps, Oliver Phelps, David Thewlis, Natalia Tena, Matthew Lewis, Bonnie Wright, Evanna Lynch, Devon Murray.