Jeff Bridges

Sur le petit écran cette semaine : Harrison Ford, Jeff Bridges, The Full Monty, Ali

lundi 22 juillet 2013 à 9:54

Death Becomes Her (La Mort vous va si bien)

Le Cycle Jane Austen sur Arte se poursuit jeudi soir à 20h45 avec la diffusion de Northanger Abbey.

On peut dire ensuite que les chaines semblent s’être concertées pour être sûres de diffuser tout ce qu’il y avait de plus ou moins potable jeudi soir. Enfin, lundi 22 juillet à 20h45 sur FRANCE Ô, il y a Little Buddha, mais je ne m’engagerais pas sur la qualité du film – je ne m’en rappelle plus du tout. Mardi 23 juillet à 20h40 sur Numéro 23, il y a Death Becomes Her (La Mort vous va si bien) avec Meryl Streep, Goldie Hawn et Bruce Willis. Ce n’est pas vraiment un bon film, mais occasionnellement, il y a des références qui sont faites à son sujet. Mercredi 26 juillet à 20h46 sur France 4, on peut retrouver Alexander d’Oliver Stone, mais là encore, le film est plus que moyen.

Lire la suite

Christian Bale risque tout pour sauver Casey Affleck dans Out of the Furnace

vendredi 12 juillet 2013 à 11:07

Out of the Furnace

Après avoir offert à Jeff Bridges un rôle à oscar dans Crazy Heart, Scott Cooper revient avec un second film qui devrait fournir à Christian Bale du matériel à oscar, et peut-être aussi à d’autres.

Out of The Furnace se centre donc sur Bale qui joue un homme prêt à tout pour retrouver son frère (Casey Affleck) qui a disparu suite à une affaire pas très nette avec Woody Harrelson. On retrouve aussi au casting  Zoe Saldana, Sam Shepard,Forest Whitaker et Willem Dafoe. Le tout s’annonce assez intense du côté drama et Bale parait être assez en forme pour nous livrer une performance mémorable. Cooper change donc légèrement de registre, mais semble conserver son approche visuelle. En tout cas, tout cela s’annonce prometteur.

Lire la suite

Jeff Bridges et Ryan Reynolds deviennent les Men in Black de l’au-delà dans R.I.P.D.

jeudi 18 avril 2013 à 9:32

R.I.P.D. (2013)

R.I.P.D., c’est le Rest in Peace Department et le nouveau film de Robert Schwentke, le réalisateur de Red et de The Time Traveler’s Wife. Ici, on est plus du côté du premier, et Mary-Louise Parker est également de la partie.

Concrètement, Ryan Reynolds meurt et une fois qu’il est au ciel, il est recruté par le R.I.P.D. pour revenir sur Terre et s’occuper des âmes qui se baladent illégalement. Il fait équipe avec un vieux de la vieille incarné par Jeff Bridges. Les premières images laissent vraiment transparaitre un style proche du premier MiB (et c’est également basé sur un comic book par ailleurs) ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, même si la dynamique entre les protagonistes semble plus faible — tout particulièrement du côté à cause de Reynolds qui apparait dépassé par son partenaire.

R.I.P.D. ne s’annonce pas franchement comme un immanquable de la saison estivale, mais il devrait se laisser regarder sans déplaisir, un peu comme Red. Il sort en France le  31 juillet 2013.

Lire la suite

5 biopics transcendés par leurs interprètes principaux

samedi 21 avril 2012 à 16:32

Suite au succès interplanétaire du premier « 5 Films » – et ne vous gênez pas pour venir donner votre avis si vous les avez regardés –, me voilà de retour pour une seconde sélection. Cette fois, le sujet est moins généraliste, au contraire.

Voici donc 5 biopics que j’ai sélectionnés pour leurs interprètes principaux, ou plutôt pour la qualité de leur interprétation. J’ai l’impression qu’il est presque trop facile d’encenser des acteurs/actrices pour ce qu’ils font dans ce type de film. D’ailleurs, c’est souvent du matériel à Oscar d’office, alors que des fois ce n’est pas vraiment mérité. Bref, dans la sélection, il y en a qui ont d’ailleurs ramené chez eux une petite statuette et c’était bien mérité.

1/ Man on The Moon

Peu de temps après l’excellent The Truman Show, Jim Carrey s’est surpassé en entrant dans la peau du comédien Andy Kaufman. Les sériephiles le connaissent surement pour son travail dans Taxi, mais dans ce film de Milos Forman, on découvre un homme d’une complexité rare qui a vécu son art jusque dans la mort. Carrey finit d’ailleurs par apparaitre comme étant par extension la dernière mascarade de génie de Kaufman. (plus d’infos)

Lire la suite

Premier concept art pour The Seventh Son aka L’Apprenti Epouvanteur

mercredi 28 mars 2012 à 10:22

Le tournage pour The Seventh Son, adaptation du roman The Spook’s Apprentice de Joseph Delaney (L’Apprenti Epouvanteur chez nous) a commencé. Pour le moment, pas d’images des acteur, Legendary Pictures ayant sûrement décidé d’y aller progressivement et commence d’abord par dévoiler un premier concept art qui sera sûrement plus parlant à ceux qui ont lu le livre qu’aux autres.

Le film est réalisé par Sergei Bodrov, avec une mini-réunion The Big Lebowski vu qu’il y a Jeff Bridges et Julianne Moore. À leurs côtés, on retrouve Ben Barnes ou encore Alicia Vikander, Antje Traue, Olivia Williams et Kit Harington.

Bridges incarne Master Gregory, un chevalier qui a mis en prison la très puissante sorcière Mother Malkin (Moore) il y a des siècles de cela. Il est aussi l’épouvanter et doit former son nouvel apprenti Thomas Ward (Ben Barnes), septième fils d’un septième fils, contre les forces obscures. C’est aussi sans compter sur Mother Malkin qui réussit à s’échapper et veut maintenant se venger.

Après tout ce blabla, voici finalement le concept art :

True Grit (2010)

mardi 24 mai 2011 à 23:13

N’ayant pas trop accroché aux deux derniers films des frères Coen, j’étais bien content de les voir se tourner vers quelque chose qui semblait plus dans mes cordes. Le Western est un genre que j’apprécie, même si je n’ai jamais tenté de l’explorer pleinement. Par exemple, John Wayne ne m’a jamais attiré, du coup, je n’ai pas vu la première adaptation de True Grit.

Peu importe, car ici c’est Jeff Bridges qui endosse le rôle du vieux Marshall Cogburn à un œil et il fait, comme toujours, un travail d’exception. On n’en attend pas moins de lui. À ses côtés, c’est la jeune Hailee Steinfeld qui s’impose dans le premier rôle, celui de Mattie Ross, une jeune de 14 ans qui veut venger son père.

Les motivations des personnages sont assez simples. Elle veut sa vengeance, il veut l’argent, et le Texas Ranger LaBoeuf (Matt Damon) cherche un peu de tout avec une légère pointe de gloire en plus pour satisfaire son égo. L’intérêt du film se trouve dans la relation singulière qui lie les personnages et tout particulièrement dans ce qui se développe entre le Marshall et la jeune Mattie. Il a clairement eu des déceptions dans sa vie, mais il semble décidé à éviter qu’elle puisse en avoir autant. Cela dit, le film reste simple, même à ce niveau, se reposant plus sur les performances que sur les nuances des personnages. La fin semble par contre vouloir offrir une compensation avec des scènes plus symboliques et plus intenses, en opposition aux dialogues qui alimentent et dirigent tout ce qui précède.

L’ensemble est également aidé par une réalisation s’appuyant sur des décors sublimes et sur une photographie qui en tire le meilleur.

Au final, True Grit n’a pas la force de No Country For Old Men, mais je n’en attendais pas autant. C’est un western qui est aussi divertissant qu’efficace, tout en étant sobre et touchant. Si je suis peut-être un peu déçu de sa simplicité, le casting et la réalisation offrent une belle compensation.

Réalisateurs & Scénaristes : Joel Coen, Ethan Coen.
Casting : Jeff Bridges, Matt Damon, Josh Brolin, Barry Pepper, Hailee Steinfeld, Domhnall Gleeson, Paul Rae, Nicholas Sadler, Dakin Matthews.

Tron Legacy (Tron l’héritage – 2010)

mercredi 02 mars 2011 à 23:34

Tron Legacy, c’est un peu comme Tron, mais en plus beau. Basiquement, voilà comment on peut résumer cette suite qui arrive tellement tardivement qu’elle ne peut pas réellement capitaliser sur la génération de fans qui l’attendait, puisque celle-ci est majoritairement passée à autre chose depuis le temps.

Cela dit, c’est probablement mieux ainsi, car à part l’ajout de quelques couches dans l’histoire, on retrouve pas mal de similitudes dans sa construction, à l’exception prêt que le premier Tron se révélait plus ludique, mais il faut croire que l’on doit aller avec notre temps et que l’insouciance des ‘80s n’est plus qu’un souvenir et que les rêves de l’époque ont disparu, même si les craintes, elles, sont toujours là. Étrange phénomène qui génère un film qui ne parle plus d’un homme libre face au corporatisme tueur de libertés, mais qui nous raconte l’histoire d’un homme devant faire face à sa vanité. Il avait les meilleures attentions du monde, mais a perdu de vue ce qui était important et il a préféré contempler les dégâts de ses erreurs en espérant que tout se résoudrait tout seul, tout ça parce qu’il s’est pris pour Dieu. Rude pour Kevin Flynn qui est donc resté coincé dans le programme depuis 1989, laissant son fils seul. Celui-ci finit par trouver le chemin vers son père et apprend qu’il doit repartir au plus vite avant d’être lui aussi coincé pour de bon. En attendant, les programmes préparent leurs sorties.

Sur le plan visuel, c’est une très très grosse amélioration par rapport à l’original, mais pendant tout le visionnage j’ai été dérangé par le jeune Kevin Flynn en animation 3D qualité jeu vidéo. Franchement, on dirait une animation faite pour la xbox 360 et, au milieu du reste, ça jure terriblement. À côté de ça, il y a une ambiance bien travaillée, la B.O. aidant énormément.

La distribution est assez bonne, même si elle est majoritairement mal exploitée. Jeff Bridges assure, comme toujours. J’ai beaucoup aimé Olivia Wilde dans la peau de Quorra, sa candeur était rafraichissante, tandis que Garrett Hedlund souffre d’avoir un personnage trop proche de celui de Flynn dans le premier, moins le cabotinage – comprendre caricatural pour commencer, unidimensionnel par la suite.

Tron Legacy avait le potentiel d’être une œuvre complexe et intense, mais à la place, elle s’inscrit dans la lignée du premier en jouant une carte plus sombre encore. C’est donc simple, mais efficace, et visuellement engageant. J’avoue que je n’en attendais pas plus et ce fut donc agréable à suivre et quelques petits twists assez bien trouvés maintiennent l’intérêt jusqu’au bout.

Réalisateur : Joseph Kosinski ; Scénaristes : Adam Horowitz & Edward Kitsis.
Casting : Jeff Bridges, Garrett Hedlund, Bruce Boxleitner, Olivia Wilde, Michael Sheen, James Frain, Beau Garrett.

Oscars 2011 : les nominations

mardi 25 janvier 2011 à 16:58

Notre ami Oscar est de retour, et il est aussi prévisible et routinier qu’à l’habitude. Si l’année dernière, il y avait le fait que « Meilleur film » passait de 5 à 10, il n’y a rien cette année pour agiter, et il n’y a pas grand chose à dire sur les films sélectionnés. Donc, un certain nombre a été vu dans le coin, et à l’image de l’année dernière, j’essaierai avant la date fatidique (dans la nuit du 27 au 28 février, si je ne fais pas erreur) d’avoir vu tous les films dans la catégorie principale – si je le peux, bien entendu.

Pour ceux qui aiment les chiffres, The King’s Speech a 12 nominations,10 pour True Grit, et 8 pour Inception et The Social Network.

Meilleur film
“Black Swan” Mike Medavoy, Brian Oliver and Scott Franklin, Producers
“The Fighter” David Hoberman, Todd Lieberman and Mark Wahlberg, Producers
Inception” Emma Thomas and Christopher Nolan, Producers
The Kids Are All Right” Gary Gilbert, Jeffrey Levy-Hinte and Celine Rattray, Producers
The King’s Speech” Iain Canning, Emile Sherman and Gareth Unwin, Producers
“127 Hours” Christian Colson, Danny Boyle and John Smithson, Producers
The Social Network” Scott Rudin, Dana Brunetti, Michael De Luca and Ceán Chaffin, Producers
Toy Story 3” Darla K. Anderson, Producer
“True Grit” Scott Rudin, Ethan Coen and Joel Coen, Producers
Winter’s Bone » Anne Rosellini and Alix Madigan-Yorkin, Producers

Lire la suite